ico Economie La pub, un pouvoir absolu

À voir le nombre d’exemplaires de journaux mis chaque jour entre les mains des lecteurs, on pourrait croire que la presse va bien. En réalité ce n’est qu’une fuite en avant, dont les bénéficiaires sont les marchands de publicité et les perdants, les journalistes et les lecteurs.

Suite...

ico Economie Quand la formation pénalise la croissance

La formation et la recherche sont devenues de véritables marottes politiques, en Suisse comme dans d’autres pays. Pourtant, plutôt que de stimuler la croissance, une surabondance de formation peut au contraire la pénaliser.

Suite...

ico Economie Rabais fiscaux ou la victoire du mensonge

«Rabais fiscaux pour les salaires en actions», titrait un quotidien régional au lendemain des décisions prises par le Conseil national sur la fiscalité des actions ou options distribuées aux salariés des entreprises. Pour ceux qui ont découvert le sujet, le parlement s’apprêtait à accorder des «rabais fiscaux aux grands patrons qui gagnent déjà des salaires indécents», pour citer la logorrhée de la gauche bien pensante.

Suite...

ico Economie Les Français, le travail et le reste du monde

La saga diffusée par France 2 sur l’épopée de l’acier en Lorraine, «Le cri», est symptomatique des archaïsmes auxquels se cramponne la société française, autant que les manifestations populaires dirigées contre la réforme du droit du travail.

Suite...



Page 6 of 13« First...45678...Last »

Griffures



Le fisc et les jacqouilles

Jolie pique de David Laufer dans sa chronique du Régional du 25 février, à propos de Swissleaks: “Une enquête d’une année réunissant des centaines de journalistes à travers le monde, un travail de David contre le Goliath de la finance, bref, le retour des belles années de l’investigation. En réalité ces données ont été procurées aux journaux par le gouvernement français, qui avait pris soin d’en expurger le contenu. “Mange, mon jacqouille!”, imagine-t-on s’écrier le fisc français en balançant la clé USB aux journalistes serviles et reconnaissants.”

Déménagez avant de mourir !

Dans une interview au Temps, Pascal Broulis, qui adore le fisc comme d’autres adorent les femmes ou la dive bouteille, affirme que l’archaïque impôt sur les successions est modéré dans le canton de Vaud. Dans la même édition du journal, un tableau comparatif tempère ces propos. Si vous léguez 500’000 francs à votre concubin(e), il ou elle paiera 250’000 francs dans le canton de Vaud, et seulement 41’970 à Berne. Vos enfants payeront 28’590 francs à Lausanne, mais… rien dans les autres cantons, à l’exception de Neuchâtel.
Comme quoi la modération est à géométrie très variable, et justifie un déménagement préventif…


Appel au dons

Articles récents