ico Economie La pub, un pouvoir absolu

À voir le nombre d’exemplaires de journaux mis chaque jour entre les mains des lecteurs, on pourrait croire que la presse va bien. En réalité ce n’est qu’une fuite en avant, dont les bénéficiaires sont les marchands de publicité et les perdants, les journalistes et les lecteurs.

Suite...

ico Economie Quand la formation pénalise la croissance

La formation et la recherche sont devenues de véritables marottes politiques, en Suisse comme dans d’autres pays. Pourtant, plutôt que de stimuler la croissance, une surabondance de formation peut au contraire la pénaliser.

Suite...

ico Economie Rabais fiscaux ou la victoire du mensonge

«Rabais fiscaux pour les salaires en actions», titrait un quotidien régional au lendemain des décisions prises par le Conseil national sur la fiscalité des actions ou options distribuées aux salariés des entreprises. Pour ceux qui ont découvert le sujet, le parlement s’apprêtait à accorder des «rabais fiscaux aux grands patrons qui gagnent déjà des salaires indécents», pour citer la logorrhée de la gauche bien pensante.

Suite...

ico Economie Les Français, le travail et le reste du monde

La saga diffusée par France 2 sur l’épopée de l’acier en Lorraine, «Le cri», est symptomatique des archaïsmes auxquels se cramponne la société française, autant que les manifestations populaires dirigées contre la réforme du droit du travail.

Suite...




Griffures



15 ans de ministère soviétique, ça suffit, non ?

Dans un article plutôt brosse à reluire, 24 Heures lance la campagne en faveur de la réélection d’Anne-Catherine Lyon au Conseil d’Etat vaudois. La magistrate semble vouloir rempiler, même si les statuts de son parti l’interdisent. Va-t-elle demander un changement des statuts? Après tout, d’innombrables chefs d’Etat africains changent la constitution pour ne pas lâcher le pouvoir. Alors…
La journaliste qui écrit l’article semble approuver le bâillon que Mme Lyon a mis sur la bouche des enseignants, qui n’ont plus le droit de s’exprimer: “La liberté de parole tolérée autrefois n’a plus cours. Car les enjeux sont importants.”
Mais comment donc ! La liberté d’expression n’est tolérable que s’il n’y a pas d’enjeux. Mais si “les enjeux sont importants”, alors on doit la boucler, c’est tout naturel. Est-ce le dogme socialiste ? Ou le dogme Lyon?
Les Vaudois devraient refuser l’un et l’autre: la liberté d’expression, doit-on le rappeler, fait partie des “enjeux importants”…

Les bons sentiments nous tueront

Dans une université du Royaume Uni, les professeurs de droit ont été priés de ne pas enseigner la législation sur le viol, car cela crée une “détresse émotionnelle grave” chez certaines étudiantes. Mieux, il devraient éviter de parler de violations de la loi, car cela a le même effet sur ces fragiles étudiantes.
Vous ne trouvez pas qu’on étouffe ?


Appel au dons

Articles récents