ico Suisse L’USAM et la droite parlementaire veulent mener les salariés à la trique

10 novembre 2017 | Catégorie: suisse

PHILIPPE BARRAUD

L’USAM veut remettre les Suisses au travail – à la redresse ! Semaine de 50, voire 54 heures, travail 7 jours sur 7, périodes de repos diminuées, «flexibilité» dans l’engagement des salariés… C’est le retour du libéralisme manchesterien, et il a des chances de passer au parlement !

Comme quoi les acquis sociaux ne le sont jamais pour toujours… Cette formidable péjoration des conditions de travail, qui ne s’accompagne évidemment d’aucune amélioration des salaires, au contraire, est supposée répondre aux besoins de l’économie, qui doit pouvoir répondre à ceux de ses clients de manière plus souple, voire aux demandes des salariés eux-mêmes dans l’organisation de leur temps de travail. Sur ce dernier point, on ose émettre quelques doutes: les personnes travaillant en Suisse veulent-elles vraiment travailler plus de 50 heures par semaine ? Veulent-elles faire encore plus d’heures supplémentaires avec moins de compensations ? Veulent-elles pouvoir être engagées et virées d’un claquement de doigts selon les besoins de l’employeur ?

Ces propositions ébouriffantes de l’USAM et leur caractère trumpien ne tombent pas du ciel. Elles s’intègrent dans une tendance forte au durcissement des conditions de travail, que chacun peut observer autour de lui, et qui résulte lui-même de la tendance mondiale à l’ultra-libéralisme, à la concurrence féroce, à la recherche du profit maximum pour des actionnaires insatiables. On appelle cela la croissance, son coût environnemental et humain est catastrophique, mais de cela tout le monde se fout royalement, à commencer par la classe politique.

En effet, les propositions de l’USAM, loin de susciter la moindre réprobation, sont au contraire soutenues par des ténors du parlement, tels la PLR Karin Keller-Sutter, le PDC Konrad Graber et le PLR Hans-Ulrich Bigler – entre autres, tous venus à la rescousse de Jean-François Rime, l’UDC patron de l’USAM. Ces soutiens signifient que la réforme de la Loi sur le travail exigée par l’USAM a de bonnes chances d’aboutir politiquement: la droite, majoritaire, plus arrogante que jamais, emmenée par un Conseiller fédéral à la botte de l’économie, peu compétent mais obéissant, est prête au coup de force.

Jean-François Rime prétend que «le peuple veut le maintien et le renforcement d’un marché du travail libéral» – formule qui veut dire tout et son contraire. Pas sûr que le peuple qui travaille veuille être pressé comme un citron et n’avoir pour perspective que les conflits familiaux et le burnout. Le mieux sera de le lui demander, le moment venu.

**** 27votes




Commentaire de François de Montmollin le 10 novembre 2017 à 18:33

Et ce n’est qu’un début, le bon peuple devra encore payer les frais monstrueux engendrés par le pont aérien de Mme Sommaruga sans parler du logement qu’il faudra bien procurer à tout ce beau monde !

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



Collabo à l’honneur

La très ambitieuse rénovation du Grand-Palais, à Paris, sera co-financée par la maison Chanel. En échange, une des entrées principales s’appellera “Gabrielle Chanel”. Ce sera la première fois, à notre connaissance, que la France donne à un monument historique le nom d’une Collabo notoire. Non seulement elle vécut sereinement l’Occupation dans un hôtel de luxe aux côtés d’un officier nazi,  Hans Gunther von Dincklage, mais encore collabora-t-elle activement avec la Gestapo, sous le nom de code F-7124. Elle ne dut d’échapper aux vengeances de la libération qu’à ses hautes protections, en particulier celle de Churchill. D’innombrables Françaises anonymes, elles, ont été tondues en public pour bien moins que ça…
Mais comment s’étonner? En été 43, la foule parisienne enthousiaste criait: “Vive le Maréchal!”. Un an plus tard, la même foule criait: “Vive de Gaulle!”
Espérons, sans trop y croire, que quelques protestations s’élèveront, pour la forme…

Un auto-coup d’Etat

On se demande pourquoi Erdogan peut, sous le regard complaisant du monde entier, emprisonner, torturer, assassiner en toute impunité et occuper un pays étranger, sous prétexte qu’il y a des “terroristes” partout. Cette complicité tacite est d’autant plus écoeurante qu’on évite soigneusement de s’interroger sur la véritable origine du prétendu “coup d’Etat” qui a permis à l’apprenti Führer de s’attribuer les pleins pouvoirs. Il apparaît de plus en plus que ce coup d’Etat pourrait bien avoir été ourdi par… Erdogan lui-même. Bien joué!


Appel au dons

Articles récents