ico Suisse L’opération “Flinguer Poggia” a commencé !

14 octobre 2013 | Catégorie: suisse

PASCAL DECAILLET

Il paraît que nous sommes, à Genève, dans une République laïque. On ne cesse de nous répéter, et je n’y vois aucun inconvénient, que le domaine du religieux, celui des convictions spirituelles de chacun, relève de notre vie privée. Et qu’il n’est pas d’usage – à moins que l’intéressé n’en fasse lui-même étalage – d’interpeller un candidat, ni d’ailleurs n’importe quel citoyen, sur ses options confessionnelles. A trois reprises pourtant, ces deniers jours, ces principes ont été transgressés.
A l’émission Mise au Point de la TSR, dimanche 6 octobre. Dans un titre du Matin dimanche, le 13 octobre. Dans un blog de Jacques-Simon Eggly, posté dimanche 13 octobre. Trois indices, très clairs, de l’opération « Flinguer Poggia » lancée par l’Entente, et quelques affidés.
Dimanche 6 octobre, soir de la victoire du MCG, ma consœur de Mise au Point balance dans les gencives de Poggia son appartenance à l’Islam. Nous ne sommes ni dans le cas d’une émission religieuse, ni dans celui d’un accord préalablement passé avec l’interviewé, qui aurait accepté, pourquoi pas d’ailleurs, d’en dire plus long sur ses choix confessionnels. Brillant avocat, habitué à la répartie, le candidat s’en sort fort bien : « Auriez-vous adressé une telle réplique à Mme Brunschwig Graf ? ».
Dimanche 13 octobre, l’étiquette « musulman » se retrouve en gros dans le titre de l’interview (fort bonne, d’ailleurs) de Mauro Poggia dans le Matin Dimanche. Nous ne sommes pas dans le cadre d’un article religieux, et le qualificatif est hors sujet dans le cadre de la campagne du 10 novembre 2013. A moins que pernicieusement, on considère que ce mot, « musulman » puisse être reçu comme péjoratif par une partie de l’électorat de M. Poggia (ou de ses alliés). Par hasard, l’édito, signé de la rédactrice en chef, appelle très clairement à ne pas voter pour un candidat MCG dans quatre semaines. Je précise ici que le Matin dimanche est un journal privé, fait ce qu’il veut, appelle à voter pour qui il veut, je ne lui fais pas ici le procès de ses opinions, je décortique juste certains amalgames.
Le cas le plus grave me chagrine d’autant plus qu’il émane d’une personne que j’apprécie beaucoup, et que j’ai toujours considérée comme un démocrate et un gentleman de la vie politique : Jacques-Simon Eggly, avec qui j’étais au Journal de Genève, et auquel me rattachent tant de souvenirs à Berne. Je le connais depuis trente ans, le tiens pour un exemple de mesure et d’intelligence politique. Hélas, peut-être aveuglé par la défense de Mme Rochat comme il le fut naguère par celle de Mme Kopp, dans son blog , il dérape. Jugez plutôt: « Que penser d’un homme dont les fidélités changent au gré des vents extérieurs et de ses états d’âme.  Chacun est libre de professer la religion de son choix. Mais ce n’est pas être islamophobe que de se demander comment un homme public peut naître et grandir comme un catholique d’origine italienne et se retrouver musulman dit convaincu. »
Désolé, Jacques-Simon, mais là vous franchissez la ligne. Si « chacun est libre, comme vous l’écrivez, de professer la religion de son choix », alors, cette liberté, qu’on la lui laisse en totalité, et qu’on lui foute la paix sur ce sujet. D’autant que M. Poggia ne « professe » vraiment pas, en l’espèce, il a juste un jour décidé de quitter une religion pour en embrasser un autre. M. Eggly, au sein d’une République dont nous apprécions tous la laïcité, vous venez réinventer le grief d’apostasie. Vous êtes hors sujet, hors du champ politique, hors du cadre de la campagne électorale. Je continue à vous apprécier beaucoup, mais là, vous m’avez un peu déçu.

Publicité
**** 45votes




Commentaire de Achille Tendon le 14 octobre 2013 à 23:23

Autant on pourrait apprécier la bravade (faut bien gagner sa croûte, hein?) de ce cher Décaillet, opportuniste par excellence, autant il nous est difficile de lire des propos d’un vieux fossile de la politique genevoise au passé aussi vaporeux : il n’a jamais rien apporté de positif dans le milieu des pisse-froids de la République

Commentaire de Paul Bär le 15 octobre 2013 à 23:32

Puisque on parle d’islam, une petite pensée pour tous les pauvres moutons qui vont finir égorgés dans d’atroces souffrances ces jours-ci juste de l’autre côté de la frontière!

Commentaire de Paul Bär le 16 octobre 2013 à 16:06

Quel dommage de ne pouvoir commenter chez Monsieur Décaillet…notamment les commentaires! Par exemple quand un prêtre s’abîme dans l’usuel irénisme niais partagé malheureusement par une grande part de l’établissement catholique vis-à-vis de l’islam.
On se souvient avec tristesse de feu Mgr Genoud qui, adressant dans le Matin une lettre au colonel Kadafhi (lors de l’affaire des otages), disait que “chrétiens et musulmans partageaient le même dieu”, propos relevant objectivement de l’hérésie, à fortiori quand prononcés par un prélat.

Commentaire de Paul Bär le 16 octobre 2013 à 16:10

Et je serais tenté de conclure: “maintenant, ça soufi”

😉

Commentaire de Michel Mottet le 22 octobre 2013 à 10:06

M. Bär a bien raison de relever les propos relevant de l’hérésie prononcé par feu Mgr Genoud, mais ce dernier ne fait que répéter comme un perroquet les affirmations multiples de Jean XXIII, Paul VI, Jean.Paul II, baisant le coran, Benoît XVI et Bergoglio…

Commentaire de Paul Bär le 23 octobre 2013 à 9:26

Oui, Monsieur Mottet, vous avez malheureusement raison, regardez cette vidéo…

http://youtu.be/o4Ppt0ON0zs

… et attachez-vous bien au passage où l’imam déclare que “Issa” (Jésus) était “un envoyé de Dieu”, donc seulement un prophète, ce qui revient de fait à nier la centralité même de la foi chrétienne. C’est en effet très malheureux, désespérant même, que la plupart de nos prêtres ne connaissent pas ce genre d’éléments factuels sur l’islam.

Quant au reste de la vidéo (la conversion d’un Européen au mahométanisme et le fait que ceci n’est pas “identitairement” neutre, relevant seulement de la sphère personnelle, comme les républicains du bout du lac le croient aimablement), je n’en dirais rien, mes propos dépasseraient très probablement le cadre de la loi (nous ne vivons malheureusement pas dans un espace de liberté vraie). Je déplore seulement que Renaud du Chatillon ait manqué jadis son objectif final de quelques dizaines de kilomètres seulement!

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.