ico Suisse Une triste singularité

9 février 2004 | Catégorie: suisse

Raisonnables, les Suisses ? Presque… Mais un triple non eût été plus satisfaisant pour l’esprit.

Le rejet du contre-proje t à l’initiative Avanti marque un tournant historique dans le rapport que les citoyens entretiennent avec leur voiture, et c’est extrêmement heureux. Il y a quelques années encore, aucune dépense n’était de trop pour, croyait-on, améliorer la fluidité du trafic et la sécurité. On pensait alors que les deux choses étaient liées, et que la multiplication des routes et des aménagements routiers entraînerait fatalement de meilleures conditions de circulation.

Des décennies de ce raisonnement simpliste ont durablement, voire définitivement saccagé nos campagnes, nos montagnes et l’espace urbain. Dieu merci, les Suisses ont fini par s’en apercevoir. Les perspectives climatiques ont fait le reste : elles sont désespérantes, et les citoyens s’en sont rapidement convaincus, contrairement à une classe politique qui peine à voir plus loin que le bout du porte-monnaie de ses lobbies.

On ne peut qu’être troublé en revanche par le succès massif de l’initiative pour l’internement à vie des délinquants particulièrement dangereux. On comprend bien qu’il s’agit d’un sujet extrêmement émotionnel, et certains revendiquent le fait d’avoir voté avec leurs tripes. En démocratie, il vaut mieux voter avec sa tête.

Car cette espèce de succédané de peine de mort est une mesure parfaitement inhumaine. On nous rétorquera que ce que les délinquants visés font subir à des enfants ou à des adultes est totalement inhumain aussi: c’est vrai, mais la société n’est pas un criminel. Elle ne peut pas purement et simplement ajuster son comportement sur celui des assassins , sur celui de personnes sans foi ni loi qui n’ont aucun système de valeurs. Que vaudrait une société qui se donnerait les mêmes valeurs que les assassins ? En ce sens, la logique du Talion est barbare. De la même manière, une sanction pénale ne doit pas devenir une vengeance collective.

L’internement à vie posera évidemment de sérieux problèmes aux établissements pénitentiaires, qui auront affaire à des fauves sans aucun espoir, et donc prêts à tout puisqu’ils n’auront plus rien à perdre. Il s’ensuivra aussi un certain nombre de suicides, et on voudrait croire que ce n’est pas là le secret espoir de ceux qui « votent avec leurs tripes ».

Surtout, cette pratique nous posera, collectivement, un problème de conscience difficile à assumer. Exception sur le continent européen, on nous montrera du doigt comme on montre aujourd’hui du doigt des pays qui exécutent des détenus à tour de bras, tels la Chine ou les Etats-Unis. La Suisse n’a rien à gagner à cette singularité-là.

          0 votes




Commentaire de Jean-Luc Naclerio le 10 février 2004 à 11:58

Qui sont les barbares ?
 
Baignant dans le Droitdel’hommisme ambiant, vous nous servez la sempiternelle rengaine concernant l’enfermement à perpétuité des violeurs d’enfants et tueurs impénitents d’innocents en tous genre.
Voter avec ses tripes dites-vous? Moi je dis avec son coeur !!
N’y voyez aucune vengeance mais le respect et l’amour des futures victimes de ces malades.
Contrairement à vous, Monsieur, le fait que quelques irrécupérables tortionnaires finissent leurs jours en prison ne me gène aucunement si un seul crime pouvait être évité. Les statistiques démontrent que la récidive est importante.
Et si c’était votre fille que cette mesure sauvera dans le futur?
Mettez-vous un peu à la place des victimes et de leurs familles effondrées, au lieu de vous sentir protégé par votre profil de mâle adulte.
La société n’est pas criminelle, elle a le droit et le devoir de protéger les plus faibles contre une ultraminorité qui fait des ravages sans que cela vous trouble de trop, apparemment !
La peine de mort est barbare, je vous l’accorde, mais cette mesure de prison réellement à vie, permet aux violeurs et assasins de se repentir et de sauver leur âmes. C’est tout le mal que je leurs souhaite !
Quant à être montrés du doigt, laissez moi rire!
Savez-vous que si les peuples Européens pouvaient s’exprimer, dans leurs soi-disant démocraties, ils choisiraient souvent la même solution ?
De plus vaut-il mieux avoir raison seuls ou tort avec les autres ?
Vous êtes bien dans l’air du temps, conformiste et bien-pensant. Moi je dis BRAVO au peuple Suisse car il est probablement le seul au monde à être maître de sa destinée.

Commentaire de Hubert Reymond le 19 février 2004 à 5:37

L’enfermement écologique des délinquants
 
L’acceptation de l’initiative pour l’enfermement à vie des délinquants relève de préoccupations écologiques identiques à celles qui ont refusé l’initiative Avanti : une majorité a voulu une Suisse propre en ordre! On va rapidement s’apercevoir qu’aucune de ces deux décisions du souverain n’est tenable. Déjà, on nous dit que l’enfermement est contraire au droit international; déjà, les partisans des transports publics dans les villes demandent de prévoir des centimes sur l’essence affectés à leurs seuls besoins, alors qu’Avanti le leur offrait sur un plateau.

Commentaire de Philippe Ory le 21 avril 2004 à 12:40

On an voté sur un système judiciaire
 
L’objet du vote n’avait pas grand-chose à voir avec la loi du talion, mais plutôt avec la perception que nous avons que la société a aujourd’hui une capacité amoindrie à se protéger contre les délinquants dangereux.

Ce qui choque autant que le crime lui-même, c’est quand celui-ci est perpétré par des délinquants parfaitement identifiés comme dangereux, mais au bénéfice de mesure judiciaires discutables: condamnations trop légères, remises en liberté anticipée, permissions de sortie,… De trop nombreux cas nous ont malheureusement été rapportés ces dernières années.

La société suisse, se sentant dès lors moins protégée, a réagi à sa manière contre une forme indéniable de dérive laxiste de son système judiciaire, résultat de la candeur bien-pensante qui prévaut dans la plupart des secteurs de la société civile depuis une vingtaine d’années (et pas qu’en Suisse). Dans le cas du système judiciaire, hélas, cet angélisme s’est traduit par une inversion des valeurs, et donc la victimisation des coupables. Or s’il est un domaine qui aurait dû être préservé, c’est justement celui-là.

On peut, comme M. Barraud, refuser le résultat du vote au nom de la morale, et c’est parfaitement repectable. Mais il faut alors le faire en rappelant les raisons que j’ai évoquées ci-dessus, qui ont mené à cet état de fait.

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 




Griffures



La double mort des soldats russes

Des mères de soldats russes tués en Ukraine ont eu le front de se plaindre que leurs fils aient été enterrés en catimini. Elles ont aussitôt été déclarées “agents de l’étranger.”
Il faut dire que leurs garçons ont eu la malchance de mourir dans une guerre qui n’existe pas officiellement, raison pour laquelle Poutine les a fait enterrer comme des chiens.
Ils n’avaient qu’à mourir pour la mère patrie !

Berne: foire aux oignons, foire aux pots-de-vin !

Selon 24 Heures du 29 août, de plus en plus d’élus sous la coupole touchent des pots-de-vin de la part des caisses-maladie – sans doute pour accélérer la réforme du système.
Mme Isabelle Moret a proposé qu’au moins on sache si les mandats distribués étaient rémunérés – comme si le contraire eût été possible. Proposition sèchement retoquée, sous prétexte que, si on ne connaît pas le montant, “ce n’est pas intéressant”.
Oui, mais si on connaît le montant? Réponse d’anthologie de l’UDC Céline Amaudruz: “La publication du montant des revenus n’est pas souhaitable car elle encouragerait le voyeurisme et affaiblirait la confiance du public envers la classe politique.”
Mauvaise foi compacte, propre à ruiner définitivement le peu de confiance du public envers un classe politique hélas largement corrompue.


Appel au dons

Articles récents