ico Société Un cirque judiciaire indécent

17 mai 2017 | Catégorie: société

PHILIPPE BARRAUD

Chacun a droit à un procès équitable, c’est entendu. Mais le cirque judiciaire du nouveau procès de Fabrice A. est parfaitement indécent. Choyé, analysé sous toutes les coutures pour savoir s’il va récidiver, celui que l’on qualifie encore d'”assassin présumé” (sic)  s’amuse comme un fou avec la justice. Assez !

C’est toujours la même chose dans ce genre de procès: des avocats habiles et cyniques d’un côté, des magistrats tétanisés par le spectre d’une erreur judiciaire de l’autre, assurent à d’immondes individus une publicité indécente, et s’acharnent à leur éviter une peine sévère. De portraits psychologiques en expertises psychiatriques en rafale, on essaie d’attendrir le public et de valoriser l’assassin, qui bien entendu ne peut pas être que mauvais.

On va donc passer un temps absurde à redérouler pour la énième fois des faits déjà connus, en essayant désespérément de lire dans la tête du meurtrier, afin de savoir si on pourra le laisser un jour courir en liberté, ou s’il faut, quand même, protéger la société, quitte à enfermer un type à perpétuité. Et en même temps, on va mettre à la charge du contribuable des centaines de milliers de francs de frais supplémentaires et largement inutiles, parce qu’un avocat a réussi à faire récuser une première cour… On vit une époque formidable, non ?

En attendant, cette même société n’a pas fait le centième de ce cirque pour la victime. Et vous trouvez ça normal ?

****½40votes




Commentaire de Martin Leu le 17 mai 2017 à 18:04

Merci ! Je pense exactement la même chose depuis le 1er jour de ce nouveau procès-mascarade. Vous avez bien fait de cibler les avocats habiles et cyniques et les magistrats tétanisés, on se demande bien pourquoi. Tout pour les criminels, rien pour les victimes, la justice est folle! Dire qu’on se préoccupe déjà de ce que la Cour européenne des droits de l’homme – droits qui sont à l’origine de ces dérives – pourrait penser de la juste peine (hors circuit jusqu’à sa mort) que mérite l’immondice qui joue avec le Tribunal.

Commentaire de Noel Cramer le 17 mai 2017 à 20:13

Très bien dit !
Une mascarade qui décrédibilise la “justice” et gaspille de manière criminelle les deniers publics. Et tout se déroule avec le mépris le plus flagrant pour les victimes.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 19 mai 2017 à 11:26

Il faudrait pouvoir traîner la justice en justice!

Commentaire de Claude Paschoud le 23 mai 2017 à 11:29

Depuis la suppression de la peine de mort des législations européennes, et l’introduction en Suisse, depuis le 1er août 2008, de l’art. 64 al. 1bis chiffre c du Code pénal (internement à vie si l’auteur est qualifié de durablement non amendable, dans la mesure où la thérapie semble à longue échéance, vouée à l’échec), on lit régulièrement des avis semblables à celui exprimé par M. Barraud à chaque crime horrible.
A l’évidence, cependant, l’internement à vie, sans espoir de libération, est une peine plus cruelle que la peine capitale, elle coûte à la communauté plus cher, et elle offre au condamné une sorte d’immunité pour tous ses crimes futurs.
Le criminel qui sait qu’il est incarcéré pour toute sa vie a bien des motifs d’assassiner son gardien, un codétenu, ou le directeur de la prison qui lui déplaît sans rien risquer.
Il est dangereux d’ôter l’espoir !

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.