ico Société Technologie: une indispensable résistance éthique

4 octobre 2017 | Catégorie: société

PHILIPPE BARRAUD

Nos médias nous accablent de prophéties, d’experts et de gourous pour nous convertir au culte du numérique (la digitalisation en mauvais français), de l’intelligence artificielle et du transhumanisme qui nous promet la vie éternelle. Mais qui réinsufflera l’esprit critique au public et aux médias ? Et surtout, qui organisera l’indispensable résistance éthique ?

Il existe une profonde incompatibilité entre le progrès de la technologie et l’homme biologique. En effet, la société manifeste une tendance naturelle à croire que tout ce qu’invente la technologie est bon, et doit donc s’intégrer dans nos vies. Mieux, ce serait à nous de nous adapter à la technologie, à nous de devenir serviteurs des robots, puisqu’ils sont tellement plus performants que nous.Tenez: ils écrivent désormais des romans et composent de la musique.

«Performant» est le mot le plus suspect du langage contemporain; être performant est devenu une exigence absolue, quasiment totalitaire puisqu’on y laisse sa santé, et c’est ce qui conduit les milliardaires qui règnent d’une main de fer sur notre vie quotidienne et notre culture (les GAFA), à mettre en œuvre des ressources colossales pour augmenter l’individu, voire prolonger son existence de plusieurs dizaines d’années.

Mais pourquoi vouloir augmenter l’individu ? Pourquoi par exemple vouloir lui implanter une puce dans le cerveau, qui contiendrait, disons, toutes les pages de Wikipedia, ou la Bibliothèque du Congrès ? Mais pour qu’il soit plus performant, bien sûr ! Mais plus performant pour quoi ? Dans son travail, qui n’existera bientôt plus ? Dans ses loisirs, puisque toutes sortes de robots et d’assistants numériques (je sais, on devrait dire: des coaches digitaux…) le rendront à peu près inutile ? Finalement, sera-t-il plus heureux avec son encyclopédie et ses microprocesseurs dans la tête ? Question indécente, sans doute, alors qu’elle devrait être la première.

Il est regrettable qu’on ne se pose jamais ces questions, et qu’on ne discute pas les affirmations péremptoires des gourous, sous prétexte qu’ils sont immensément riches alors que nous ne sommes que de misérables vermisseaux. Il serait pourtant nécessaire de les ramener aux réalités du monde réel. Vouloir augmenter l’homme et prolonger son existence est très tendance, mais on ne dit jamais de quel homme il s’agit – or on le devine trop bien: ce sont les riches dans un pays en paix, ceux qui ont accès à la technologie, à une médecine anti-âge qui déraille, bref, des gens repus qui ont les moyens de se poser des questions idiotes. Les enfants squelettiques du Soudan du Sud ne se demandent pas s’ils vivront deux cents ans, alors qu’on pourrait les nourrir avec le cent-millième des sommes investies dans les rêves chimériques de ceux qui ont peur de vieillir, ou de mourir – quelle perte pour l’Humanité, n’est-ce pas…

Cette tendance, le transhumanisme, est le comble de la perversion intellectuelle, du détournement de la recherche scientifique, du mépris de l’autre, et de l’irresponsabilité collective: sur une planète surpeuplée, faut-il vraiment fabriquer des super-vieillards truffés de puces, de prothèses et de nano-robots, probablement frappés de démence, mais toujours vivants ?

Le problème est que face aux futurologues en peau de lapin, dans le domaine des technologiques numériques, les médias sont systématiquement admiratifs et dépourvus de tout esprit critique, parce qu’ils sont à la fois naïfs et malheureusement très ignorants, face à des bateleurs très habiles à écraser leurs interlocuteurs sous de pseudo-compétences. Les vrais scientifiques sont à mille lieues de ces personnages, parce qu’ils pratiquent quotidiennement le doute et l’esprit critique, précisément. Mais eux. On ne les entend pas.

****½34votes




Commentaire de Eliane Rossel le 4 octobre 2017 à 14:59

Parfaitement argumenté. Je partage.

Commentaire de Martin Leu le 4 octobre 2017 à 15:25

Remarquable, cette analyse de Philippe Barraud ! Ce qu’il dit de la presse, singulièrement des «journalistes» qui peuplent la RTS, est fort bien vu. J’ai moi-même entendu un de ces gourous invité de La Première, qui n’avait manifestement aucun doute sur la pertinence et la qualité de son prétendu «savoir» et que les prétendus «pros» de La Sallaz n’ont jamais jugé utile de contester ! Ça ne m’étonne évidemment pas !

Commentaire de François de Montmollin le 4 octobre 2017 à 17:56

Oui, on nous casse les pieds avec le passage au numérique, alors que ça fait bien tôt 50 ans qu’on ne fait que ça, avec les moyens du moment.
Ce qui se passe, c’est que les sphères dirigeantes s’en sont enfin rendu compte.

Commentaire de Pierre Santschi le 4 octobre 2017 à 21:48

« Science
Sans conscience
N’est que ruine de l’âme »;*
Technique
Sans éthique
Est gloire de l’infâme…

*Rabelais

Commentaire de Xavier Gruffat le 5 octobre 2017 à 18:47

Je suis un grand fan de la Silicon Valley pour leur métodologie de travail et echosystème, j’ai habité à San Francisco et Oakland presque 6 mois l’année passée. Je lis Techcrunch, The Wall Street Journal et écoute d’autres médias de San Francisco comme Technation de NPR mais je pense que ces histoires de prolongation de la vie sont juste um grand joke ou des “fake news”, ces messieurs (car les femmes sont que 3 à 10% à la Silicon Valley) feraient mieux de lire et étudier “La Bible” comme moi. Ils auront leurs réponses à leurs questions sur la mort, l’origine de la vie, etc. Sinon la Silicon Valley deviendra une secte sans trop d’intérêt. Déjà que Seattle commence à voler la vedette à la Bay Area (Silicon Valley, San Francisco, Berkeley,…).

Commentaire de Xavier Gruffat le 5 octobre 2017 à 18:58

Il ne faut pas aussi oublier qu’en Suisse et en France la science et surtout la technologie ont remplacé en grande partie la religion chrétienne. Connaissez-vous en Suisse romande un “pasteur star” comme Rick Warren aux USA ? Non et c’est un problème, car un peuple a besoin de leaders qui apportent des réponses sur la maladie ou la mort. Savez-vous que des dizaines de millions de Brésiliens connaissent un peu le concept du calvinisme. En Romandie quand parle-t-on de calvinisme par exemple à la TV ? Au Brésil sur de grandes chaînes de TV comme RIT presque tous les jours on en parle (théologie) et je trouve cela passionant, bien plus que le transhumanisme. Il est temps de commencer à parler de théologie dans les médias suisses…et les gens regardent ou non, chacun est libre. Ps. La NZZ parle parfois de religion mais assez timide.

Commentaire de Michel Guex le 8 octobre 2017 à 11:43

A Monsieur Gruffat.
Oui, j’ai lu nombre de ses articles sur le TopChrétien, et j’en ai même commenté plus de 20 entre 2009 et 2011, démontrant comment il fait errer ceux qui le suivent par son interprétation psychologique et matérielle de textes spirituels. Il a du succès, c’est certain, car ses explications correspondent aux aspirations naturelles de l’homme : réussite, bonheur matériel, reconnaissance par ses semblables… Curieusement, il ne parle jamais des problèmes que SON pays pose aux reste du monde : guerres incessantes, “révolutions de couleur”, exploitation des ressources… Je n’ai jamais lu de texte aussi clairvoyant que celui de The Saker du 19 septembre (http://lesakerfrancophone.fr/lettre-a-mes-amis-americains). Pourquoi ?

Commentaire de Xavier Gruffat le 8 octobre 2017 à 22:14

Tout d’abord je ne suis je crois jamais intervenu sur le site “Top Chrétien” donc je crois que c’est une autre personne que moi…
J’invite tout le monde à se rendre sur l’excellent, comme toujours, Le Figaro.fr avec cet article : “Est-il possible d’être chrétien dans un monde qui ne l’est plus ?”, tape sur Google si jamais. Excellente analyse
…notez la pornographie à 9 ans. Bizarre que M.Barraud ne parle jamais de porno alors que c’est le plus grand problème de 2017, aussi car la Silicon Valley et ses concepts ont crée de la pornographie totalement addictive en vidéo en faisant exploser le cerveau des êtres humains, loin du petit et presque gentil “Play Boy” mais c’est un autre sujet. Bon lisez l’article et vous verrez notre triste époque…dont je fais partie. J’avais conceptualisé il y a quelques années un concept de double monde, que nous chrétiens devons abandonner le monde car ce n’est plus possible d’y vivre, je pense que la pornographie a été et est le coup de grâce. On peut presque dire “vive les amishs”. Ps. Je vis toujours “dans le monde” en habitant la plus grande ville occidentale au monde, Sao Paulo (Saint Paul)…je suis donc un hypocrite malheureusement

Commentaire de Michel Guex le 9 octobre 2017 à 9:57

Monsieur Gruffat,
Soit je me suis mal exprimé, soit vous m’avez mal lu. C’est des articles de Rick Warren dont je parlais.
Le porno, comme les guerres, sont très “rentables” pour ceux qui les promeuvent. Quant à “sortir du monde”, point n’est besoin de “s’enfermer ” au désert (où l’on peut très bien prendre le monde avec soi), mais quitter l’esprit qui l’anime, mais changer de pensée (la métanoïa, ce que nos Bibles traduisent par repentance), la localisation géographique étant secondaire.

Commentaire de philippe lerch le 16 octobre 2017 à 19:20

Le transhumanisme associé à la pseudo science que vous n’aimez pas M. Barraud, (moi non plus du reste) n’est que le reflet d’une angoisse bien humaine, la peur de la mort.

Aucune église, aucun gourou ne pourront supprimer cette réalité biologique.

PS: votre algorithme anti-robot devient pénible …

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



Assange démasqué

Les révélations de Donald Trump Jr sur ses échanges avec Julian Assange apportent la preuve que celui-ci s’est servi de Wikileaks pour manipuler l’élection présidentielle américaine, suggérant même le contenu d’e-mails et de tweets que l’entourage de Donald Trump pourrait diffuser à charge sur Hillary Clinton. Celui qui se fait appeler @rightwingmadman (tout un programme!) a aussi proposé à Trump Jr de diffuser de fausses révélations mineures sur le candidat républicain juste avant l’élection, pour faire croire à la neutralité de Wikileaks.
Sic transit…

Le télétravail, rêve fracassé

Il y a une vingtaine d’années, les futurologues nous assuraient que grâce à l’internet, la plupart des gens travailleraient à domicile. Mal vu ! Le nombre des pendulaires a explosé et, selon les CFF, il va doubler. Voilà qui confirme que les futurologues ont toujours tort.
C’est rassurant…


Appel au dons

Articles récents