ico Société Mohamed Merah, un coupable embarrassant

21 mars 2012 | Catégorie: société

PHILIPPE BARRAUD

La révélation de l’identité du tueur de Toulouse et Montauban a produit un formidable renversement de perspective. Qui montre que les médias et la classe politique se sont emballés à l’écoute de leurs propres fantasmes. Ils sont, aujourd’hui, ridicules. Et très embarrassés.
Donc, il s’appelle Mohamed Merah, c’est un Français d’origine algérienne, il est musulman et appartient à la mouvance salafiste, celle-là même qui mène la vie dure aux démocrates et aux femmes en Tunisie, en Egypte et ailleurs. Il ne regrette rien, a voulu venger ses «frères» palestiniens en assassinant de petits enfants juifs, et punir la France d’avoir combattu ses autres «frères» en Afghanistan, les talibans. Il n’est donc pas très français.
De quoi ont-ils l’air aujourd’hui, ceux qui instrumentalisaient l’affaire en désignant comme responsables indirects, sans les nommer, Marine le Pen et Nicolas Sarkozy? A les entendre, ces candidats portaient une partie de la responsabilité de la tuerie puisque, dans leurs discours, prétendaient-ils, ils semaient la division dans la société, stigmatisaient certains groupes et leurs rituels – les immigrés, les roms, la viande halal… C’est François Bayrou qui est allé le plus loin dans la… stigmatisation de ses adversaires: «Le fait de montrer du doigt les uns ou les autres en raison de leur présence dans le pays, de leur origine, de leur situation sociale, c’est d’une certaine manière faire flamber ce genre de passion, ce genre de sentiment», a-t-il dit à Grenoble.
Du coup, on admettait implicitement l’hypothèse que l’assassin était forcément une sorte de Breivik-bis, un fanatique d’extrême-droite dévoyé par le discours de politiciens irresponsables, un raciste ordinaire qui passe à l’acte – ce qui n’est pas tout faux, au reste: l’antisémitisme fait bien partie du bagage ordinaire des islamistes. Mais surtout, chacun imaginait qu’il ne pouvait s’agir que d’un Européen blanc, d’un Français moyen bien méprisable; mais au grand jamais, il ne pouvait être issu, comme on dit, «de la diversité», puisque sous cette étiquette, on ne peut être que victime. Et voilà qu’on découvre que l’assassin est d’origine algérienne, qu’il est musulman, et qu’il est l’ennemi juré de la France, de la République et de ses valeurs.
Quel désastre! Oui, c’est un désastre car, au-delà de la Schadenfreude que l’on peut éprouver à voir la bien-pensance prise en flagrant délit de manipulation grossière de l’opinion publique, on imagine d’emblée les conséquences catastrophiques de cet état de fait. Sur le plan politique et sécuritaire d’abord, on voit bien que de nombreux dysfonctionnements ont permis que ces drames arrivent: le parcours de Merah était connu, notamment ses stages en Afghanistan et au Pakistan, et ce n’était pas pour faire de l’archéologie. Comment est-il possible qu’il n’ait pas été surveillé de plus près, lui et ses possibles réseaux?
Mais c’est évidemment sur le plan sociétal que les dégâts seront dévastateurs. Il n’est pas surprenant que les médias retentissent d’appels à se garder de toute stigmatisation: elle est déjà en marche. C’est un coup terrible porté à la communauté musulmane de France, injuste et immérité, mais on ne peut pas imposer aux Français ce qu’ils doivent penser.
Gageons du moins que la leçon sera méditée par la classe politico-médiatique, dont les automatismes intellectuels et idéologiques la conduisent trop souvent à prendre ses fantasmes politiquement corrects pour la réalité.

****½61votes




Commentaire de Christophe Schälchli le 24 mars 2012 à 16:57

@Mme Oberson. Heureusement, il n’y a que des blancs sur cette vidéo. Aucun noir avec des lunettes pour participer à la fête. http://www.youtube.com/watch?v=r3MWhkWwjwg&feature=results_main&playnext=1&list=PL670EA39F07B55558

Bon, j’arrête de faire le troll…

Commentaire de Jean Nicolet le 24 mars 2012 à 17:39

ChSch: Ci-dessus : Salade gauchiste réactionnaire à la choucroute et moutarde.
On attend toujours les réactions des musulmans modérés pour fustiger les fanatiques et leurs vociférations de haine. Après on changera de discours, on ne consultera plus les blogs comme celui-ci, on restera bien au chaud en attendant de se faire égorger.
Ce blog ne vocifère pas, il n’y a que des constats que les bisounours voudraient effacer afin de rester dans le mensonge.
—————————————–
« Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense » (Sourate An-Nisâ 4-95)

« La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager … c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés. »[coran 5:33]

« …tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade… » [Coran 9:5]

« S’ils combattent tuez-les, telle est la rétribution des Incrédules! ». « Tuez-les partout où vous les rencontrerez ». (Coran 2/191-193)

Les Juifs disent: ‹Uzayr est fils d’Allah›. Qu’Allah les anéantisse! [At-Taubah [Coran 9:30]

« Ceux qui parmi les gens du Livre ne pratiquent pas la vraie religion. Combattez les jusqu’à ce qu’ils payent directement le tribut après s’être humiliés ». [Coran 9/29]

« S’ils se détournent du chemin de Allah, saisissez-les, tuez-les partout où vous les trouverez! » [Coran 4/89]

« Ceux qui nourrissent la haine la plus violente contre les Fidèles sont les Juifs et les idolâtres » [Coran 5/85]

« Je vais jeter l’effroi dans les coeurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts » [Coran 47:4]

« Ce n’est pas vous qui les avez tués : mais c’est Allah qui les a tués… Autrement dit c’est l’absolution par avance pour un meurtrier pour peu qu’il tue un infidèle au nom d’Allah ».[Coran 8:17]

« Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. » [Coran 5:51]

——————————
Le procureur de la République française, François Molins, a déclaré que Mohamed Merah « a commencé à se radicaliser au cours de séjours en prison. Il a notamment pratiqué une lecture plus assidue du Coran ».

Prions ensemble pour que les millions de musulmans “modérés” d’Europe ne lisent jamais assidument le Coran.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 24 mars 2012 à 19:37

Le commentaire le plus affligeant (ceux de M. Schälchli étant désormais hors concours) reste celui de M. Zufferey:

“La paupérisation de certaines couches de la société peut parfois entraîner certains à suivre le discours des extrêmistes”.

Voilà: Des circonstances sociales donc atténuantes voire amnistiantes évoquées au sujet de la perprétation d’actes incontestablement criminels.

Pire encore, un mobile pour en commettre d’autres ?

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 24 mars 2012 à 20:42

SVP, oubliez “de la perprétation” . L’effet du décalage horaire, sans doute.
Entschuldigung!

Commentaire de Marie-France Oberson le 24 mars 2012 à 22:22

“L’expression “islam modéré est laide et offensante, il n’y a pas d’islam modéré. L’islam est l’islam.” ( Erdogan sur la chaîne turque Kanal D en août 2007 )

Quant à l’appel des chefs religieux musulmans pour manifester massivement leur désapprobation et se démarquer de l’islam radical et barbare, non seulement on attend toujours, mais cet après midi, la police toulousaine a déjoué et interdit une manifestation qui s’organisait en soutien à… Mohamed Merah.le héros qui tire à bout touchant sur des enfants..un héros..Nous vivons une époque formidable…
Evidemment ,malgré ce soutien à Merah, il ne faut surtout pas faire d’amalgame , les musulmans ne sont pas tous des Merah ni des islamistes radicaux ! Ah bon ? mais pourtant Erdogan ne dit-il pas??? Voir plus haut…

Commentaire de Marie-France Oberson le 24 mars 2012 à 22:49

M. Blanc, votre vidéo dans laquelle on distingue un égaré , disons une “face de craie” pour permettre une meilleure compréhension à M. Schälchli , cette vidéo dis-je, me rappelle un passage de l’opuscule écrit récemment par Orimont Bolacre en réponse à “Indignez-vous” de Hessel et à la demande de Renaud Camus.
Voici ce passage(p. 16-17):
“Si par exemple, pour évoquer mon trajet en bus, je dis que ce qui a rendu ma lecture difficile, en plus de la radio, c’est la présence dominatrice et incontrôlable d’une quantité de “jeunes” dont personne n’ose heurter la “sensibilité” en leur disant de se calmer (…) chacun aura compris que l’indignation habitait le coeur des passagers mais ils étaient résignés à cette indignation. Ils la ravalaient comme tous les jours sur cette ligne de bus. Certains ruminaient une vengeance dans les urnes (…) D’autres tentaient d’étouffer leur indignation en essayant de se convaincre que rien n’avait changé, qu’ils avaient seulement un peu vieilli(…) D’autres enfin attendaient patiemment, pour penser à autre chose, la solution provisoire du “problème” : l’arrêt de bus connu de tous où les “jeunes” descendraient . Ouf! on verrait bien demain.
Mais si personne ne bronchait, en dehors même de la crainte de subir des violences, c’est que personne ne savait plus quels mots simples employer pour manifester, que tous ces muets d’indignation avaient intériorisé jusqu’à l’absurde, la crainte de passer pour “racistes”.
Orimont Bolacre “J’y crois pas!” ( Edit. David Reinharc)

Commentaire de Christophe Schälchli le 25 mars 2012 à 9:16

Je suis hors concours; ouf ! Voilà un compliment bienvenu, vu le contexte !

“Le commentaire le plus affligeant (…) reste celui de M. Zufferey.” Au moins, vous concédez que les autres commentaires aussi sont affligeants, c’est déjà un bon début. (L’effet du décalage horaire étant une circonstance atténuante, sans doute).

Commentaire de Christophe Schälchli le 25 mars 2012 à 10:55

Juste une chose: évoquer la notion de «circonstances atténuantes» est grotesque et déplacé. Il n’y a jamais de circonstances atténuantes pour de tels actes. En revanche, il n’est pas interdit de chercher des explications (qui sont intéressantes d’un point de vue sociologique).

Voici quelques exemples pour illustrer:
– Le type qui bat sa femme ne bénéficiera jamais de circonstances atténuantes. Par contre, rien n’empêche de se pencher sur sa biographie et de constater qu’il «ne fait que» reproduire les schémas qu’il a observés (en l’occurrence son propre père qui frappait sa mère). Se poser la question ne signifie pas qu’on l’excuse.
– Le type né en 1950 au Cambodge devenu assassin pour les Khmers rouges ne doit pas bénéficier de circonstances atténuantes. Sa biographie permettra cependant de comprendre (pas d’excuser !) ses actions.
– Le petit garçon né à Berlin en 1920 devenu officier à Sachsenhausen n’est pas excusable. Là encore, il suffit de se pencher sur sa biographie (de considérer le contexte dans lequel il est né, l’endoctrinement qu’il a subi) pour comprendre. A sa place, nous aurions probablement fait pareil.
– L’extrémiste de droite Breivik ne bénéficie d’aucune circonstance atténuante, c’est un fait. N’empêche que j’ai lu, sur ce site même, des commentaires allant dans le sens: si n’étaient les gouvernements de bisounours, il n’y aurait pas d’Africains en Europe. Et si Breivik a pété les plombs, c’est bien parce que nous nous faisons envahir par eux. (Le paradoxe est intéressant à noter; en le faisant il y a quelques jours, j’ai fait l’effet d’une pierre jetée dans une fourmilière.)

Tout cela m’amène à dire que Merah et les fous de son espèce n’ont évidemment aucune excuse (le penser serait débile). Cependant, il n’est pas interdit de se dire que si on naît dans une cité pourrie dans un climat hostile (oui oui, hostile) et que l’on s’appelle Mohammed, les risques de se faire laver le cerveau et de devenir terroriste sont, disons, plus grands que lorsqu’on s’appelle Schälchli et que l’on naît dans une maison en périphérie d’une petite ville en Suisse. Mon petit plaisir terroriste à moi est de faire le troll dans un site de la vraie droite :-).

Merci, donc, de ne pas tout mélanger et de ne pas contribuer à attiser ce que j’appelle le «climat hostile aux Musulmans». En dehors du plaisir de rédiger, passer les journées à faire de la cyber-stigmatisation anti musulmans ne sert au mieux à rien.

Commentaire de Paul Bär le 25 mars 2012 à 11:56

Sur l’impossibilité fonctionnelle du multiculturalisme multiethnique :

http://youtu.be/uOAK1rQfzOc

Commentaire de Paul Bär le 25 mars 2012 à 12:07

Forumidable aveu ici…

http://www.fdesouche.com/288205-charb-directeur-charlie-hebdo-jai-pas-peur-de-dire-quon-est-du-cote-du-manche-zn

… oui, le “camp du Bien” est effectivement “du côté du manche”, valet de l’économie, supplétif du système, auxiliaire de la machine.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 25 mars 2012 à 19:15

M. Schälchli,

Votre “petit plaisir terroriste” ne suffisait plus à vous assouvir? Il vous fallait donc fantasmer:

La “cité pourrie”? : Un quartier “plutôt “résidentiel de Toulouse, (selon la presse française).

Le “climat hostile”?: Nationalté française par “droit de sol” (si j’ai bien compris), famille proche, enfance “plutôt” gâtée, éducation nationale, apprentissage en carrosserie, avocat pour le défendre de ses premiers délits… (même source)

“Mohammed”?: Il ya des milliers de citoyens français d’origine nord africaine qui sont ainsi prénommés et qui n’en font pas un drame.

Allez… bonne semaine!

Commentaire de Christophe Schälchli le 25 mars 2012 à 19:32

Bonne semaine à vous aussi ! Et dites… ce jet lag, ça va mieux ?

Commentaire de Paul Bär le 25 mars 2012 à 19:47

A part ça…

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-etrange-relation-entre-mohamed-113234

… tout est clair, aucun fumet de “barbouzerie”, dire le contraire serait de la “net-parano” !

Commentaire de Jean-Pierre Blanc le 25 mars 2012 à 21:59

Pourquoi la gauche est favorable à l’immigration musulmane (notamment) :
http://www.20min.ch/ro/news/dossier/electionsvd/story/Des-musulmans-vaudois-font-du-pied-a-la-gauche-19263901

Commentaire de Pierre-Antoine Zufferey le 25 mars 2012 à 23:17

M.Esperet,

Concernant votre commentaire du 24 mars 19h37, vous n’avez rien compris à mon message.

Comment osez-vous en effet insinuer que je trouve des circonstances atténuantes à de tels actes ? La paupérisation, que je mentionne, n’est pas une circonstance atténuante. Je ne l’ai jamais dit. C’est juste dans votre imagination.

Comme déjà dit précédemment c’est un méthode courante que vous appliquez: vous prenez une phrase hors contexte de mon message, la tournez comme vous voulez pour me faire dire ce que je n’ai pas dit.

Méthode classique d’un populiste sans argument, qui n’a pour seul argument que quelques phrases et formules creuses assénées maladroitement tout au long des ces forums.

On fait beaucoup de progrès avec des gens comme vous.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 26 mars 2012 à 12:54

M. Zufferey,

Le “contexte” général?: L’assassinat de 7 personnes.

Le “contexte” de votre message”? Vous aviez présenté trois points.

Deux constats auxquels on ne peut que souscrire:

1) “Il y a des islamistes radicaux(…)”

2) “Leur danger a longtemps été sous-estimé”

Suvis de mots ambigus, sinon déplacés au vu de “contexte général” (mots que j’ai cités in extenso, sans les “tourner”)

3) La paupérisation (…… …).

Ce nétait pas une forme de “circonstance atténuante”, protestez-vous. Soit.

Mais qu’ était-ce alors?

9

Commentaire de Christophe Schälchli le 26 mars 2012 à 15:12

@M. Esperet. Vous vous interrogez sur la notion de circonstance atténuante; votre question est légitime, cette notion n’étant pas évidente. C’est pourquoi je m’improvise volontiers pé-dagogue, le temps de me fendre d’une réponse.

Portée de la notion de circonstance atténuante:
Comme vous semblez le savoir, la circonstance atténuante réduit (atténue !) la gravité d’un crime. Si vous voulez, les conditions dans lesquelles un acte criminel a été commis rendent cet acte moins dangereux, moins grave. Or rien ne peut réduire la gravité d’un assassinat, par nature volontaire (prémédité) ! Dans le contexte de l’assassinat, la notion de «circonstance atténuante» est donc absurde et ne viendrait pas à l’esprit d’une personne ne souffrant pas d’un décalage horaire sévère.

Pour saisir la notion de circonstance atténuante, il est intéressant de l’aborder sous l’angle de la liberté de choisir: dans la mesure où quelqu’un choisit délibérément de commettre un acte condamnable alors qu’il a «toute sa tête» (préméditation), la notion de circonstance atténuante n’a pas de sens. Si un type rentre de son travail en se disant «tiens, j’irais bien taper un coup sur ma femme», il aura choisi de le faire; et ne bénéficiera d’aucune circonstance atténuante. En revanche, si un type frappe son épouse sous l’emprise de la passion, il peut dans certains cas (mais c’est évidemment discutable) bénéficier de circonstances atténuantes (par ex. s’il s’avère que sa femme l’a violemment provoqué, voire frappé).

Vous aurez donc compris que la circonstance atténuante porte sur l’acte lui-même; pas sur le passé ou la vie du criminel.

Attention, ça se complique: chercher à comprendre le contexte dans lequel s’inscrit un acte criminel (ne pas confondre contexte avec motif) ne revient pas à chercher des circonstances atténuantes ! Stéphane Bourgoin s’est longuement penché sur les tueurs en série de la pire espèce. Il en a interviewé des dizaines. En lisant ses livres, on se rend compte que la plupart de ces sociopathes ont été abusés dans leur enfance (c’est un constat objectif). Eh bien de grâce, n’allez pas dire à S. Bourgoin qu’il cherche des circonstances atténuantes aux Edmund Kemper ou aux Fourniret ! Il ne l’apprécierait pas.

J’espère que ces quelques lignes vous aideront à comprendre la subtilité. Je suis sûr que vous vous rendez compte maintenant pourquoi faire dire à M. Zufferey que l’assassin de Toulouse bénéficie de circonstances aggravantes n’est, disons, pas très intelligent.

En d’autres termes, chercher à comprendre ce qui pousse certaines personnes à donner leur voix à un parti comme le FN (crise économique, pauvreté, chômage, manque de repères) ne revient pas à leur trouver des circonstances atténuantes ! Pouf pouf, ne vous énervez pas, je rigole !

Commentaire de Christophe Schälchli le 26 mars 2012 à 15:17

Pardon: dans mon avant dernier paragraphe, il faut lire “circonstances atténuantes”…

Commentaire de Pierre-Antoine Zufferey le 26 mars 2012 à 19:09

M.Esperet,

“Ce nétait pas une forme de “circonstance atténuante”, protestez-vous. Soit. Mais qu’ était-ce alors?”

Une simple mise en contexte: parmi les populations en détresse, il y a plus de facilité pour des extrêmistes de rallier certaines personnes à leur cause. Ce n’est pas propre à l’islam, on en trouve de nombreux exemples à travers l’histoire, par exemple, et sans vouloir faire de mauvaise comparaison (merci de ne pas m’attribuer de poins Godwin), dans les sources mêmes de la monté du nazisme en Allemagne, dans un contexte de crise économique et identitaires très marquées.

Commentaire de Marie-France Oberson le 27 mars 2012 à 9:33

Après toute cette littérature pour essayer de dire , comme Ramadan,que le pauvre Merah était une victime de la société, je me permets de faire appel à un internaute qui, sur un autre site, dit mieux les choses que je ne saurasi le dire moi-même. Voici son intervention à laquelle je souscris totalement:

“Ce jeune de 23 ans avait tout pour réussir…il était carrossier un métier où il n’y a pas de chômage, des copains, une mère aimante, il était plutôt beau gosse, en bonne santé, il y avait donc des éléments positifs dans sa vie. Je ne crois donc pas que la frustration ou le ressentiment aient été des facteurs déclenchant dans son parcours. Je ne crois pas au discours pathos de Mr Ramadam qui déplace habilement le problème.

J’ai une autre explication très simple. Prenant mon cas ,je suis au chômage, je n’ai pas de bien, pas de maison à moi, je pourrai être aigri, voire frustré. Mais je ne le suis pas et je n’ai d’autant pas envie de nuire à quiconque, parce que j’ai des valeurs, grâce à mes parents, plus fortes, encrées en moi. Des valeurs d’amour d’amitiés de respect de la vie qui ne dépendent d’aucun contexte mais et seulement de moi !

Je pense donc, humblement, que la transmission de valeurs positives et respectueuses de la vie, est la base de tout, donc l’éducation. Mais ce n’est nullement la société qui peut et doit transmettre ses valeurs. C’est en premier lieu la famille, père mère et la famille élargie. Ensuite et seulement ensuite vient l’école. La société est très faible concernant la transmission de valeur qui transcende l’homme; elle en est à bien des égard dépourvue.

Je dirai que l’assise, que la colonne vertébrale morale de ce jeune homme, Mohamed, n’avait pas de racines.
Il faut éduquer des principes de vie intangibles qui ne dépendent pas de l’extérieur mais qui sont immuables.

Le gros problème est de savoir à quelles mamelles a t’il été nourri ? quelles sont les valeurs qui lui ont été inculquées… ?

J’ai bien peur qu’un double langage d’un certains milieu ne permette donc pas de s’enraciner dans des principes de vie non négociables… ”

Et à propos de double langage, à Paris,l’appel à la manifestation qui a eu lieu dimanche en homage aux victimes de Merah a été lancé par l’Union des étudiants juifs de France…à Toulouse , par la municipalité , manifestation où “ils étaient environ 4’000 dont bcp de juifs, de catho et qqs musulmans.”…
Il semblerait donc qu’en effet, les responsables de la communauté musulmane tiennent un double langage : M. Boubakeur prétend refuser la violence de l’islam mais n’a pas lancé d’appel aux musulmans de France pour manifester contre cette violence.
Alors, pas d’amalgame , pas d’amalgame…, mais il semblerait que la communauté musulmane de France ait quelque peine à se démarquer de cette violence, tant il vrai qu’il est diffcile à un musulman de condamner un autre musulman.
Imaginons qu’à la place de Morah, ce soit un catho “intégriste”; il n’y a pas de doute à ce que tous les évêques de France auraient lancé un appel aux catholiques de France pour manifester leur désaprobation…

Seul le recteur de la Gde Mosquée de Lyon a invité à une manifestation de soutien aux victimes, mais pour inviter ensuite, dans son discours , les musulmans et aussi l’Etat à s’interroger sur les raisons poussant de jeunes musulmans vers l’islamisme: s’il lit le post que j’ai transcrit , il a la réponse.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 27 mars 2012 à 10:42

M. Zufferey,

Merci de VOTRE réponse. Je crois que nous disons des choses semblables avec, peut-être, des priorités différentes. Une reflexion sur le “contexte” ou la “recherche de la compréhension” me semblaient en effet moins… prioritaires qu’une évocation de la tragédie elle-même.

J’en resterai là. Vous salue.

Commentaire de Christophe Schälchli le 27 mars 2012 à 10:56

@Mme Oberson. Si vous avez un peu de temps, pourriez-vous nous dire brièvement ce qu’il faut penser des propos de Laurent Ozon au sujet de la tuerie d’Oslo? (Je fais allusion aux propos à l’origine de sa démission du FN.) Votre opinion m’intéresse.

Commentaire de Paul Bär le 27 mars 2012 à 13:28

Té, l’ancien directeur de la DST qui donne dans la “net-parano” 😉

http://www.fdesouche.com/288863-mohamed-merah-indic-de-la-dcri-rmc

Commentaire de Pierre-Antoine Zufferey le 28 mars 2012 à 11:48

M.Esperet,

D’accord avec vous pour dire que l’évocation de la tragédie est prioritaire, mais dans ce débat-ci, dans ce forum de discussion, tous les commentaires insistent bien avant tout sur le contexte…

bonnes salutations.

Commentaire de Glaisen Marc le 29 mars 2012 à 22:56

Je ne saurais que vous conseiller ce texte lumineux de Jean-Marie Muller.

En voici deux extraits……

« Il est précieux aujourd’hui de relire et de méditer Albert Camus. Notre monde, affirme-t-il, est « le monde du meurtre ». Dans Nous autres meurtriers, Camus écrit que le seul combat qui vaille est de lutter contre le meurtre. « Il n’y a qu’un seul problème aujourd’hui qui est celui du meurtre. Toutes nos disputes sont vaines. Une seule chose importe qui est la paix. Les maîtres du monde sont aujourd’hui incapables de l’assurer parce que leurs principes sont faux et meurtriers. Que du moins, et dans tous les pays, ceux qui refusent le meurtre se réveillent, dénoncent ces faux principes. » Il insiste : « Ceux qui ne veulent pas tuer doivent parler et ne dire qu’une seule chose, mais le dire sans répit, comme un témoin, comme mille témoins qui n’auront de cesse que lorsque le meurtre, à la face du monde, sera répudié définitivement. » Dans un autre texte, Sommes-nous des pessimistes ?, Albert Camus écrit : « Les gens croient qu’ils ont assez fait pour le bien de l’homme en ne tuant personne directement et en s’efforçant de ne mentir que le moins possible. (…) Ceux qui vivent dans un pareil monde sans le condamner de toutes leurs forces (c’est-à-dire presque tous) sont à leur manière, aussi meurtriers que les autres ». Quant aux réalistes, ils « n’entreprennent aucune tâche qui soit vraiment importante ou vraiment humaine, c’est ainsi que même sans le vouloir, ils consacrent le monde du meurtre».

« Oui, les meurtres de Mohamed Merah sont des crimes contre notre commune humanité…

Qui pourrait penser les justifier ?

Non, Mohamed Merah n’est pas un « monstre » qu’il faut retrancher de notre humanité…

Oui, les meurtres des enfants palestiniens et afghans sont aussi des meurtres in-justifiables…

Oui, la mort de Mohamed Merah est aussi un drame…

Oui, nous sommes tous responsables…

Et nous sommes tous coupables…

Nous sommes tous meurtriers…

Et Mohamed Merah, en dépit de toutes ses errances, est lui-même une victime de ce monde meurtrier…

Quand tout est dit, et quoi qu’on en dise encore, il est permis de penser que nous avons envers lui un devoir d’humanité qui nous conduit à exprimer à son égard un geste de compassion… »

http://www.non-violence.ch/pmb-cenac/edocs/90806-Muller-Merah.pdf

Commentaire de Marie-France oberson le 30 mars 2012 à 17:16

M. Schälchli, je pense que les propos tenus par M. Ozon n’étaient pas dénués de sens, et qu’il n’a fait qu’enfoncer des portes ouvertes!
Les immigrés en très grand nombe d’une même communauté NE PEUVENT PAS S’INTEGRER.
Ils ont tendance à rester entre eux et à vouloir vivre -nostalgie de “là-bas” oblige- selon leurs us et coutumes , voire leurs lois qu’ils ont emportés avec eux dans leurs valises.. C’est humain..
On en a déjà parlé sur un autre fil: si l’on est seul on est obligé d’aller vers les autres et les autres ont aussi plus d e facilité à venir vers vous: le nombre fait barrage.
C’est ainsi que la forte communauté musulmane s’est ghétoïsée dans des cités de banlieues . Leurs façon de vivre ,leur culture, à mille lieues de celle des autochtones, a chassé ces derniers de ces cités..
la communauté maghrébine accuse la France et les Français de les avoir mis à part , alors que par leur comportement,ils se sont eux-mêmes démarqués de la culture de ceux qui les accueillaient. et tentant même d’imposer la leur.
Oui, l’immigration massive et incontrôlée ne permet plus aucun contrôle de ces cités où la loi appliquée est celle de “là.bas” et non celle du pays qui accueille, loge, nourrit, enseigne.
Quant à prétendre comme le fait Ramadan et bien d’autres même sur ce blog, que la socïété française fabrique dans ses cités des Merah, à cause du chômage, du racisme à l’emploi, je voudrais que l’on m’explique alors comment un Adlène Hicheur, physicien au CNRS a pu dévier au point de préparer au nom dÂl-Qaïda un attentat contre le 27ème bataillon des Chasseurs alpins d’Annecy?
N’avait-il pas une bonne formation ? N’avait-il pas fait de hautes études? N’avait-il pas eu un poste envié? Et malgré cela, ne s’est-il pas tourné vers l’islam radical?
La réalité c’est que cet islam radical, soit-disant minoritaire , est très actif et ceux qui ne veulent pas voir le danger auront à rendre des comptes .

Oui, le coran est un livre de haine, de violence. Et dans les écoles coraniques, on le fait apprendre par coeur aux jeunes ; sans chercher à en saisir le sens. On en revient à ce qui a été dit il y a déjà assez longtemps sur un autre fil : l’islam n’a pas encore fait le pas de la “Raison”.
Il est curieux que ceux qui prétendent , dans notre instruction publique, que le par- coeur n’est pas une bonne méthode et qu’il faut tout expliquer aux enfants, ici, l’étude du coran “par coeur” ne semble guère les gèner .

Quant au texte de Muller:
“Quand tout est dit, et quoi qu’on en dise encore, il est permis de penser que nous avons envers lui un devoir d’humanité qui nous conduit à exprimer à son égard un geste de compassion… »
je pense que cela est aussi valable pour Breivik ?…

Commentaire de Glaisen Marc le 30 mars 2012 à 19:00

Tout à fait d’accord avec Mme Oberson: tout humain mérite notre compassion, même si certains actes sont inacceptables et doivent être combattus (préventivement) et sanctionnés lorsqu’ils ont eu lieu…..

La différence entre Merah et Breivik étant qu’en bon occidental que nous sommes, il ne nous viendrait pas à l’idée de jeter l’opprobre sur la religion du second de manière générale alors que le contraire a lieu pour le second (voir p.ex. le dernier commentaire de la dite Mme Oberson………. 

Commentaire de Marie-France Oberson le 30 mars 2012 à 23:22

M. Glaisen, Breivik n’a pas agit au nom de sa religion ! Merah oui!
Je ne pense pas qu’en lisant les Evangiles , un occidental ait envie de trucider ceux qui ne sont pas chrétiens; je ne crosi pas que l’histoire d ela joue gauche tendue quand on vous frappe sur la joue droite puisse pousser à tuer les “infidèles” !
Voilà la différence Monsieur Glaisen!

Je ne crois pas qu’il existe des responsables religieux , des prêtres ou des évêques , des pasteurs.,dans le christianisme ,qui recrutent des jeunes pour les former à tuer les infidèles !
Et je pense d’ailleurs que si un occidental venait à commettre un acte aussi monstrueux que ceux commis par Merah, au nom du christianisme, ces mêmes responsables religieux auraient la décence de lancer un appel à tous les chrétiens du pays pour manifester en masse pour condamner publiquement haut et fort un tel acte .
Ce que n’ont pas fait les responsables religieux musulmans! Encore une fois, où sont-ils donc les musulmans modérés condamnant les tueries de Toulouse et Montauban? Ils y en a? Ben ils sont bien discrets !

Commentaire de Christophe Schälchli le 30 mars 2012 à 23:34

Merci, Mme Oberson. Je ne vous demandais cependant pas de résumer la pensée générale de Ozon. Le point qui m’intéressait est la raison pour laquelle il a fini par démissionner du FN ! En gros, il a dit que les actes de Breivik étaient la conséquence de la présence d’étrangers en Europe… Je me demandais si vous étiez d’accord avec lui sur ce point. En d’autre termes, je voulais savoir si vous êtes d’accord pour dire que la société (multiculturelle) porte une part de responsabilité dans les actes de ce détraqué. Je ne sais pas trop pourquoi, mais cela m’intéresse. Bon week-end à vous.

Commentaire de Glaisen Marc le 31 mars 2012 à 2:41

Mais bien entendu que Breivik a agi au nom de sa religion Mme Oberson. Allez jeter un oeil sur ses écrits…..

Pour ce qui est des musulmans qui se seraient élever pour se désolidariser des actes commis par Merah, encore faut-il les prendre en compte lorsqu’ils paraissent….

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/23/un-monstre-issu-de-la-maladie-de-l-islam_1674747_3232.html

Commentaire de Marie-France Oberson le 31 mars 2012 à 11:27

Oui, Monsieur Schälchli , je suis d’accord pour dire que la société muslticulturelle qu’on nous impose porte une large part de responsabilité dans les actes barbares de Breivik et ceux , non moins barbares ( tirer une petite fille blessée par les cheveux et la tirer à bout TOUCHANT!!!!) de Morah.
Je ne vais pas répéter les arguments que j’ai avancés dans un post plus haut.
Le multiculturalisme ne peut pas être viable quand une culture , par le nombre de ses membres veut s’imposer à une autre-ou à d’autres- surtout si cette culture est importée et s’impose à une culture vieille de milliers d’années!
Il me semble que les mêmes qui nous imposent c emulticulturalisme l’avaient bien compris en aidant le Kosovo à construire un Etat ethniquement pur !

Voilà M. Schälchli, je crois que vosu avez tous les éléments pour constituer mon dossier à faire parvenir à la Stasi ou à la Nouvelle Inquisition qui pourra préparer mon bûcher. Bon WE aussi à vous.

Commentaire de Christophe Schälchli le 31 mars 2012 à 22:03

Mme Oberson, vous répondez avec franchise, cela vous honore.

Contrairement au 27 mars (9:33), vous estimez donc que Merah et Breivik ne sont que partiellement responsables, puisque la société porte une “large part de responsabilité”…

Personnellement, je pense que ce sont des actes d’individus désespérés et frustrés à tendance instable voire sociopathe (un peu comme ces personnes qui se font virer et retournent le lendemain sur leur lieu de travail pour tuer leur ancien chef et, si possible, quelques collègues). Des individus, donc, qui ont totalement décroché, qui estiment n’avoir plus rien à perdre et qui se réclament de n’importe quoi: du Jihad, de l’extrême droite ou, pourquoi pas, de l’extrême gauche.

Si la société porte sans doute une part de responsabilité (je le pense comme vous), ce n’est à mon avis pas parce qu’il y a des gens du Sud dans nos pays, en tout cas pas directement. Je suis sûr que vous êtes d’accord avec moi pour dire que la cause de la deuxième guerre mondiale n’était pas la présence de Juifs! Si la société porte une part de responsabilité, c’est plutôt parce que les inégalités y sont carrément cultivées (capitalisme à outrance), parce que les frustrations y sont de plus en plus nombreuses, parce que la xénophobie est dans la nature humaine et s’exprime de plus en plus ouvertement dans la politique, à la télé, sur des blogs… Surtout quand l’économie va mal. Quelque part, je suis presque étonné que de tels actes ne se produisent pas plus souvent. Cela prouve que tout espoir n’est pas perdu!

Commentaire de E. Coquoz le 3 avril 2012 à 1:27

Cet article disserte au fond de manipulation médiatique dans ce cas particulier, mais n’offre pas plus d’intérêt. Par contre je vous tire mon chapeau: obtenir 82 réponses pour ce leurre c’est phénoménal ! A moins que c’est été un poisson d’avril avant l’heure.

Commentaire de Glaisen Marc le 21 avril 2012 à 3:50

Le gestionnaire de ce site pourrait éventuellement nous proposer un article sur le procès Breivik. L’affaire est nettement plus importante que celle de Merah (du point de vue du nombre de victimes) et concerne indirectement notre rapport à l’islam également….

La lutte contre le “politiquement correct” se déclinerait-il à sens unique?

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



15 ans de ministère soviétique, ça suffit, non ?

Dans un article plutôt brosse à reluire, 24 Heures lance la campagne en faveur de la réélection d’Anne-Catherine Lyon au Conseil d’Etat vaudois. La magistrate semble vouloir rempiler, même si les statuts de son parti l’interdisent. Va-t-elle demander un changement des statuts? Après tout, d’innombrables chefs d’Etat africains changent la constitution pour ne pas lâcher le pouvoir. Alors…
La journaliste qui écrit l’article semble approuver le bâillon que Mme Lyon a mis sur la bouche des enseignants, qui n’ont plus le droit de s’exprimer: “La liberté de parole tolérée autrefois n’a plus cours. Car les enjeux sont importants.”
Mais comment donc ! La liberté d’expression n’est tolérable que s’il n’y a pas d’enjeux. Mais si “les enjeux sont importants”, alors on doit la boucler, c’est tout naturel. Est-ce le dogme socialiste ? Ou le dogme Lyon?
Les Vaudois devraient refuser l’un et l’autre: la liberté d’expression, doit-on le rappeler, fait partie des “enjeux importants”…

Les bons sentiments nous tueront

Dans une université du Royaume Uni, les professeurs de droit ont été priés de ne pas enseigner la législation sur le viol, car cela crée une “détresse émotionnelle grave” chez certaines étudiantes. Mieux, il devraient éviter de parler de violations de la loi, car cela a le même effet sur ces fragiles étudiantes.
Vous ne trouvez pas qu’on étouffe ?


Appel au dons

Articles récents