ico Société Il est temps de tirer la prise

3 décembre 2018 | Catégorie: société

PHILIPPE BARRAUD

Commentaires.com cessera ses activités sous la forme actuelle à la fin de l’année. Plusieurs raisons nous amènent à prendre cette décision et, comme beaucoup de lecteurs nous suivent fidèlement depuis une vingtaine d’années, quelques explications s’imposent.

Charles Gleyre: Le Soir ou Les illusions perdues (Musée du Louvre)

Commençons par le plus trivial: vingt années de Commentaires.com, cela signifie 20 ans d’exercices déficitaires, et donc un trou certain dans les économies. Il est donc temps de tirer la prise, et de liquider la société éditrice, source de dépenses considérables et peu productives.

Pour le reste, et comme dans toute entreprise, il faut savoir s’interroger sur le sens de ce que l’on fait. Or à cette question du sens, nous ne trouvons plus guère de réponse, sinon: A quoi bon ? En effet, à quoi bon ces efforts, ce temps consacré à se documenter et à écrire, à modérer les commentaires quasiment 24 heures sur 24, enfin à se faire insulter plus souvent qu’à son tour après chaque article ?

Remarquons à cet égard que le lectorat de Commentaires.com a changé, en particulier chez ceux qui s’expriment dans les commentaires. Ne tournons pas autour du pot: ce qu’on appelle la «fachosphère» a bien compris le profit qu’elle pouvait tirer de la partie commentaires de publications en ligne telle que la nôtre, dont elle sature les sites de sa bile agressive, violente, injurieuse et antidémocratique. Bien sûr, il est toujours possible de censurer étroitement, voire d’interdire tout commentaire, mais c’est alors fermer péremptoirement le débat, ce qui est un appauvrissement du processus démocratique – un processus certes bien fatigué: un certain nombre de Français rêvent d’un pouvoir militaire fort, tandis que partout dans le monde, les leaders populistes et autoritaires sont plébiscités. C’est le retour des cauchemardesques Années 30, une période qui, si les peuples connaissaient l’Histoire, leur inspirerait un profond dégoût.

Il y a aussi, surtout, le fait que le monde et la Suisse ont profondément changé en vingt ans. L’heure n’est plus à la défense de la liberté d’entreprendre et du libéralisme, puisque les tenants de l’ultra-libéralisme et de la croissance irresponsable sont aux postes-clés partout dans le monde. A commencer par la Suisse où, cédant à l’ivresse de ses majorités de blocage, le bloc UDC-PLR impose à notre population une politique cynique et pour tout dire trumpienne de défense des plus riches, de démantèlement social – en pleine période de prospérité ! -, et de négation des enjeux écologiques, parce que cela dessert ceux à qui ces partis ont fait allégeance (qui paie commande): les lobbies, les milieux économiques, les multinationales – y compris les plus malfaisantes, comme celles du tabac et de l’agrochimie.

Nous pourrions certes nous battre pour les enjeux écologiques, qui sont devenus une cause prioritaire entre toutes. Mais là aussi, à quoi bon, face à un lectorat allergique ? Quelle autre attitude que le découragement est-elle possible, lorsqu’on sait que rien ne sera fait pour limiter les émissions de gaz à effet de serre avant 2050, au mieux, autrement dit quand il sera bien trop tard, à une époque où une bonne partie de la planète sera devenue inhabitable (comme nos vallées alpines d’ailleurs), lorsqu’il fera régulièrement plus de 50°C dans l’Est de la France, c’est-à-dire aussi là où nous sommes…

Dès lors que l’humanité court délibérément à sa perte et que, globalement, tout le monde s’en moque, parce que chacun veut d’abord préserver son confort, autant poser la plume, et s’en aller méditer dans nos montagnes, et goûter le merveilleux silence des étoiles. Sans pouvoir chasser malheureusement de son esprit cette triste réalité que probablement, nos petits-enfants et leurs enfants, s’ils en ont, ne connaîtront pas ces merveilles.

Publicité
****½47votes




Commentaire de Pierre Santschi le 3 décembre 2018 à 15:10

Certes on peut parfois être découragé et les raisons données par M. Barraud, que je remercie ici pour son blog, sont tout à fait compréhensibles.
Je lui dédierai cependant les stances suivantes qui pourraient lui donner de l’espoir (au delà du célèbre dicton de Guillaume le Taciturne – “Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer”):

“Cela sert-il à quelque chose?”
Est la question que l’on se pose
Lorsqu’en une action solitaire
On cherche à être solidaire
Des pauvres que nous côtoyons.
Rappelons nous le papillon
Qui, de l’Océan Pacifique,
Peut déchaîner dans l’Atlantique
Un cyclone par son coup d’aile,
Et gardons le comme modèle…

Et avec tous mes voeux pour de bonnes fêtes de fin d’année et une contemplation fructueuse des étoiles…

Commentaire de J.-F. Huguelet le 3 décembre 2018 à 15:20

Une dernière occasion de mettre 5 étoiles à un article de Philippe Barraud, ça ne se boude pas.

Oh combien je vous comprends, en même temps que j’admire votre abnégation.

Mais à la nage dans une eau glacée, on ne peut pas dévier seul le Titanic lancé à pleine allure vers son destin funeste, même avec la meilleure volonté.

L’espoir réside résolument dans une abstraction qu’aucun pouvoir ne souhaite prendre en charge pour y donner forme.

Dans ces conditions, COP 24, COP 27, COP 51 (si elle existe un jour) ne pourront pas y changer grand-chose. Ce qui compte aujourd’hui, particulièrement pour les nantis, c’est de capitaliser le matériel. Le reste n’est que garniture.

Alors, bon vent à vous, merci et carpe diem !

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 3 décembre 2018 à 15:23

Merci pout tout, M. Barraud , et meilleurs voeux pour la suite.

Commentaire de trivelli le 3 décembre 2018 à 15:30

Bon ! Poursuivez à nous éclairer, sans plus de commentaires possibles !!

Commentaire de Daphne Berner le 3 décembre 2018 à 16:13

Monsieur Barraud

Merci. j’aimais vous lire et regretterai de ne plus pouvoir le faire.

Commentaire de Alain Mack le 3 décembre 2018 à 16:35

Je regretterai vos commentaires souvent pertinents. Merci, été bon vent!

Commentaire de christiane badoux le 3 décembre 2018 à 17:09

quels regrets de ne plus pouvoir vous lire. Malheureusement notre Société est en train de perdre les repères du bon sens.

Commentaire de Claude Paschoud le 3 décembre 2018 à 17:14

Quelle tristesse !
Je n’ai pas toujours partagé les combats de Philippe Barraud, mais j’ai toujours reconnu en lui un journaliste honnête, même dans ses erreurs, et une plume remarquable.
Espérons qu’il conservera un blog personnel, peu coûteux, pour nous faire bénéficier encore longtemps de ses commentaires originaux.

Commentaire de gindrat le 3 décembre 2018 à 17:44

Dommage ! Mais le peuple suisse individualiste et égoiste ne vous méritait pas

Commentaire de PA Délitroz le 3 décembre 2018 à 17:47

merci pour tout et bonne continuation

Commentaire de B. Brunner le 3 décembre 2018 à 17:59

Merci pour tous ces articles pertinents et bien écrits! Commentaires.com donne un éclairage unique sur les nouvelles, et il me manque déjà!

Le climat et la démocratie sont des combats qui restent indispensables, pas seulement pour nos descendants, mais aussi pour nous.

Aussi bien pour le climat que pour la démocratie, nous sommes en fait beaucoup de Davids contre peu de Goliaths, et Commentaires.com est un David de poids. L’arrêt de Commentaires.com est donc une grande perte. Et encore plus rageant, en quelque sorte c’est une victoire psychologique de la haine de quelques commentateurs sur la raison de la majorité silencieuse.

D’un autre côté je comprends (et parfois partage) le désespoir contre l’inertie, les doutes et le je-m’en-…tissme ambiant, même de certains proches, dès que cela implique un investissement personnel, même rentable à moyen terme.

En même temps, l’Histoire nous enseigne que si dans les années 30, la majorité silencieuse n’aurait pas laissé faire la haine, et la minorité pas silencieuse parmi la majorité ne s’était pas tue et aurait dénoncé les manipulations, les années 35-45 auraient été bien différentes.

A mon avis, Commentaires.com sous-estime largement sa portée et surestime les commentateurs, certains certainement payés par des intérêts.

Si le modèle de financement et d’interaction de Commentaires.com ne sont pas satisfaisants, il faut les changer. Les moyens techniques existent. C’est bien dommage de jeter le bébé avec l’eau du bain.

J’espère que les magnifiques montagnes et étoiles redonneront de l’énergie et que commentaires.com renaîtra plus fort, sous sa forme actuelle ou sous une autre forme encore plus forte. Bonnes fêtes de Noël et à bientôt je l’espère! 🙂

Commentaire de Gisèle Deladoëy le 3 décembre 2018 à 17:59

Cher Philippe Commentaires .com va me manquer car j’attendais toujours avec impatience le prochain article toujours si bien écrit et surtout si lucide que cela ne m’étonne pas du tout que tu dérangeais beaucoup de monde et malheureusement les réseaux sociaux sont devenus une vraie poubelle où chacun peut y aller de sa vindicte étant donné que personne les voit derrière leur écran ou leur smartphone, c’est trop facile quand on n’a pas la personne devant soi pour dire les choses de vive voix, cela se nomme la lâcheté. Je te souhaite vraiment de passer de belles soirées dans ton petit mayen à contempler les étoiles comme tu dis au moins elles ne t’enverrons pas des insultes mais leur lumière brillante qui apaise l’esprit. Merci pour ces bons moments de lecture et bon vent.

Commentaire de jacqueline pittet le 3 décembre 2018 à 19:24

dommage, vous ne verrez pas ce terrible naufrage des USA que vous avez tant de fois prédit

Commentaire de Gabrielle Mudry le 3 décembre 2018 à 20:38

Encore un pétale de moins à la fleur de la diversité de la presse d’opinion!…

Quel dommage!

Mais je comprends, ayant moi-même décidé de “tourner la page”, un jour, dans un autre domaine.

Cher M. Barraud: ce que vous avez semé ne vous appartient plus. La graine germera dans les terrains adéquats dans la mesure où vous aviez raison.

Merci pour tout, et bonne retraite!

Commentaire de Luis Vieira da Silva le 3 décembre 2018 à 21:24

Merci pour tous ces articles qui, même si mon opinion ne concordait pas toujours avec la vôtre, étaient toujours matière à (saine) réflexion. Ce qui est malheureusement de plus en plus en rare dans le monde journalistique actuel.

Bonne continuation

Commentaire de JA Haury le 3 décembre 2018 à 21:30

Ne partez pas découragé, cher Monsieur, nous avons aimé votre plume et votre liberté de parole. Considérez que vous avez apporté à notre démocratie une participation précieuse. Si tous les hommes politiques quittaient la scène déçus de leurs échecs plutôt que satisfaits de leurs victoires, il n’y aurait plus que des retraités dépressifs ! “L’écriture est soeur de l’action” m’avait enseigné Louis Guisan. Soyez fier de votre action !

Commentaire de Pierre Bonnard le 3 décembre 2018 à 23:50

D’abord, un immense MERCI!
J’espère tout de même que nos amertumes s’estomperont pour faire place à d’autres formes de combat contre ce que Romain Gary appelait “la plus grande force spirituelle de tous les temps” (la bêtise).
Au fond, le défaut de tous les sites et forums hors des courants de pensées dominants, c’est de donner l’impression qu’écrire suffit. Les “militants” du clavier ne peuvent pas inquiéter les gardiens du troupeau, de quelque bord qu’ils soient.
A bientôt, n’hésitez pas à lancer un appel pour une résurrection, nous serons sûrement nombreux à ouvrir notre portemonnaie.
Encore une chose: Il eût été intéressant d’organiser une rencontre pour vos lecteurs, mais c’est encore possible…

Commentaire de Pascal Perret le 4 décembre 2018 à 8:53

C’est bien triste, pour ma part ce sont plus de 10 ans de lectures intéressantes qui s’arrêtent là. Mais je comprends, à un moment il est normal de se retirer et de laisser la place à d’autres, ou pas. Je vous remercie pour tous ces articles que vous vous êtes donné la peine de rédiger pour nous informer et je vous souhaite le meilleur pour la suite, profitez bien de ces belles montagnes ! Avec mes meilleures salutations !

Commentaire de Michel Guex le 4 décembre 2018 à 21:17

Que puis-je ajouter à tous ce qui vient d’être dit ? Que, n’ayant pas toujours été d’accord avec ce que vous écriviez, les quelques fois où j’ai décidé de “dire mon mot”, j’ai été obligé d’aller au-delà de la simple réaction épidermique et de trouver des arguments qui tiennent la route.
Ne serait-ce que pour cela, je vous dit : MERCI !
Quelqu’un a mis en cause plus haut l’individualisme. Ma petite-fille m’a fait parvenir un article du temps du 9.11.18 sous le titre Travail : choisissez le voie risquée. Il m’est apparu d’emblée que l’esprit de ce texte était typique de cette approche individualiste, et dans ma réponse (trop longue à transcrite intégralement ici), je commençais ma réponse ainsi :
« L’introduction de ce texte est typique de notre époque individualiste, centrée sur le « moi – je ». Ce que « je » peux retirer de « mon » travail : de l’argent, ou les avantages que « mon » esprit et « mon » caractère peuvent en retirer —  dans le sens d’une amélioration, forcément. »
Et je terminais par :
« L’être humain est un animal social, chaque individu dépendant peu ou prou de ses congénères, aussi bien affectivement que matériellement. Le travail que j’effectue le sera essentiellement pour autrui et le salaire résultant sera partagé avec ceux dont j’ai la charge. En adoptant cette approche et en la gardant à l’esprit, aucune voie ne devient routine, ne serait-ce que parce que le plus difficile est bien de garder cette vision. »
Merci, Monsieur Barraud, d’avoir permis ce partage.

Commentaire de Jérôme Lorenz le 4 décembre 2018 à 23:44

C’est avec grand regret que j’ai lu ce dernier message.
J’avais déjà regretté la disparation des articles de Philippe Barraud dans la rubrique Forum du Nouvelliste au début des années 2010. J’ai d’ailleurs conservé un de ces articles “Se marier à l’Eglise, mais sans l’Eglise”, avec comme passage mis en exergue : “Les gens d’Eglise qui se prêtent à ces comédies grotesques font preuve de lâcheté et d’abandon.”
Ensuite, j’avais été heureux que mes recherches sur Internet me permettent de retrouver ce brillant journaliste qu’est Philippe Barraud sur “commentaires.com”, où j’ai pu lire beaucoup d’articles très intéressants. Ce d’autant plus qu’ils offrent une approche différente du courant dominant et conformiste de nos médias actuels.
En ce qui me concerne, je n’ai fait qu’un don de Fr. 100.-, lorsque j’ai lu une demande allant dans ce sens cette année.
Personnellement, je serais tout à fait prêt à verser cette somme annuellement, voire plus, si une nouvelle version de “commentaires.com” devait voir le jour.
Ce dernier message sonne trop comme un suicide lié au désespoir produit par notre société actuelle.
J’espère que Philippe Barraud saura trouver les ressources nécessaires pour rebondir et ne pas laisser les médias dominants dicter leur pensée uniforme et contribuer à façonner notre société dans un moule aux contours marqués par un rejet de plus en plus prononcé de notre passé judéo-chrétien.

Commentaire de Joseph Richoz le 6 décembre 2018 à 20:57

Vingt ans ? Anecdotique en regard de l’histoire, une éternité à l’échelle d’Internet ! Etant un fidèle lecteur de commentaires.com ce blog depuis 2000, je ne peux être que respectueux et admiratif devant tant d’abnégation et de bénévolat. Et souvent agréablement titillé à la lecture d’articles bien écrits qui m’ont parfois fait réagir.

Faire de la cause environnementale son credo est un choix politique individuel respectable. Malheureusement, l’écologie, c’est comme le marxisme : admirable sur le papier, problématique lorsqu’il s’agit de passer aux actes. Le mouvement des gilets jaune en France ces derniers jours en est la preuve. « La pollution, c’est chez les autres, hein ? » Etre plus respectueux de l’environnement nécessite sans doute un changement de civilisation tellement fondamental que ce changement ne passera par une « transition » ordonnée, mais plutôt par une convulsion brutale. Au fait, je relève qu’aucun projet d’éoliennes n’est prévu dans la rade à Genève ou dans le Léman, juste en face à Ouchy afin que les bobos citadins puissent assumer leur orientation politique en pleine conscience. Pendant ce temps, le saccage des paysages jurassiens bat son plein et celui des campagnes fribourgeoises est d’ores et déjà programmé. Bah, les cul-terreux qui-ne-votent-jamais-comme-il-le-faut s’y habitueront…

Je ne suis pas certain si, parmi les raisons invoquées pour mettre un terme à l’aventure de commentaires.com, certaines n’ont pas été oubliées. Aucune honte pourtant à reconnaître qu’on peut, à une certaine phase de son existence, se retrouver en complet décalage avec l’évolution de la société. Certes, les débats sur Internet sont souvent âpres, impolis. Mais n’est-ce pas le propre de la démocratie ? La démocratie, c’est un truc pas toujours « salonfähig ». Et elle peut parfois sentir un peu fort sous les aisselles.

Un regret tout de même en apprenant que la prise était tirée : un article dithyrambique sur commentaires.com a salué l’élection d’Emmanuel Macron. Les lecteurs qui avaient manifesté quelques réserves à son encontre ne liront malheureusement jamais le bilan d’étape du Mozart politique. Dommage, alors que la réalité vient de se rappeler dans toute sa réjouissante brutalité au bon souvenir de ce bonimenteur…

Commentaire de Pierre-Alain Tissot le 7 décembre 2018 à 12:40

Dommage, la fin d’un site modéré, parmi d’autres trop souvent excessifs.
M. Barraud, “Le Soir ou Les illusions perdues”, le magnifique tableau de Gleyre que vous avez choisi, illustre bien votre déception ressentie après vos vingt ans de commentaires.
“Le Soir”, cela peut-être la fatigue naturelle après une bonne journée de labeur ou, la lassitude ressentie au soir de la vie.
“Les illusions perdues”, c’est plutôt le regret devant l’impression du peu d’influence que l’individu a sur la marche du monde et la désillusion de notre envie déçue d’un paradis sur terre.
M. Barraud, je vous remercie pour tous vos commentaires, en particulier ceux mettant en garde sur la Russie de Poutine, qui fascine bien trop les conservateurs, et ceux alertant, souvent en vain, les mêmes conservateurs, sur la dégradation accélérée de l’environnement, sacrifié à Mammon.
Cependant, ne vous découragez pas et gardez l’espoir qui aide à vivre, à l’image de cette belle jeunesse, s’engageant de plus en plus pour la cause de la vie sur notre terre.
Enfin, contempler les étoiles nous permet aussi de relativiser l’Homme, perdu dans l’immensité de l’univers et du temps, et de nous interroger sur le sens : pourquoi l’Homme ?

Commentaire de Philippe Fallot le 14 décembre 2018 à 8:59

Monsieur Barraud,
Mon premier commentaire sera aussi le dernier, puisque votre site va donc fermer. Je fais partie des « consommateurs » venant régulièrement vous lire, et …c’est tout. Mais vos articles font mouche: étayés, pertinents, d’une liberté d’opinion que les médias officiels (ceux que l’état, à les écouter, devrait subventionner) n’offrent que bien rarement, tant le politiquement correct les étouffe.
Plus que des opinions, vous nous avez apporté des éclairages qui nous aident à éviter les chausses-trappes de la bien-pensance avec tous ses travers. En cela, vous avez porté haut la responsabilité des médias en tant que quatrième pouvoir, en nous aidant à «former» nos opinions plutôt que de chercher à les «formater». Tous n’ont pas ce talent, et je déplore la rareté de votre positionnement sans concession, incluant au non conformisme la défenses de causes politiquement connotées (hélas) comme la défense de l’environnement. Combien de milieux se voulant identitaires vouent à l’environnement un irrespect complet, alors qu’il est une composante centrale de notre identité.
Mon seul regret concernant votre site était la rareté de vos interventions. Vous avez su, jusqu’à l’excès, ne pas être pléthorique…
Aura-t-on le plaisir de vous lire ailleurs? En tous les cas, bon vent à vous et merci pour vos commentaires.

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.