ico Société Eglise catholique et pédophilie: un regard protestant acéré

2 octobre 2018 | Catégorie: société

PHILIPPE BARRAUD

Le 20 septembre dernier dans 24 Heures, le pasteur Daniel Marguerat a publié une tribune remarquable et remarquée au sujet des prêtres pédophiles, non pour les défendre, évidemment, mais pour dénoncer le célibat forcé imposé aux serviteurs de l’Eglise, et les ravages qui en découlent. Ce plaidoyer devrait enfin être entendu par l’Eglise catholique, avant qu’elle ne perde définitivement ce qui lui reste de crédibilité, et la confiance que ses fidèles doivent pouvoir lui accorder.

Les révélations en cascade, qui tombent avec une effarante régularité, montrent ce qu’on aimerait ne pas croire, ce que notre conscience rejette: que la pédophilie au sein de l’Eglise, loin d’être une dérive individuelle occasionnelle, est devenu une sorte de système, une organisation criminelle, organisée verticalement. Ceux qui n’ont pas vu le film Spotlight, qui raconte l’enquête journalistique du Boston Globe sur la centaine de prêtre pédophiles identifiés à Boston – et couverts par la hiérarchie catholique – devraient s’y arrêter car il démontre parfaitement comment les choses se sont passées – et se passent encore sans doute – dans plusieurs grandes villes.

Bien sûr, le célibat des prêtres n’est pas la seule et unique cause de la pédophilie qui gangrène et défigure l’Eglise catholique. Mais il joue un rôle extrêmement important, quoi qu’en pensent ceux qui s’imaginent l’abstinence sexuelle comme une sorte de sainteté, automatique et sans souffrance, qui protège de la tentation. Pour Daniel Marguerat, le célibat imposé n’est rien d’autre qu’une violence infligée aux prêtres, un déni de leur humanité: «Il est de bon ton de s’indigner des mariages forcés pour les jeunes musulmanes. Pourquoi ne s’indigne-t-on pas du célibat forcé des candidats à la prêtrise? Le système brise une proportion importante du clergé. Quand les hommes et les femmes catholiques oseront-ils dénoncer cet attentat à l’humanité de leurs prêtres? Le déni du sexe est un héritage de l’Antiquité, qui n’a strictement rien de chrétien.»

Le pasteur vaudois plaide pour que le Pape François se rende compte «que les excuses ne sont pas à la hauteur du mal. Même si c’est mieux qu’avant, les regrets ne changent rien au système, qui continuera à produire les mêmes effets.» Un système: là réside le mal. «On me répondra, conclut Marguerat, que la pédophilie n’est pas la spécialité de l’Église catholique, mais qu’elle frappe l’ensemble de la société. Pitoyable excuse. Quand, au nom de Dieu, un système organise la répression de la sexualité et induit des débordements criminels, il ne peut se réfugier derrière la généralité de la perversion. Justement, parce qu’il pense agir au nom de Dieu, il doit tout faire pour sauvegarder la dignité de l’humain. Et dans cette affaire, encore une fois, il fait deux victimes: les enfants abusés et les prêtres abuseurs. Ça suffit!»

L’exemple des églises orthodoxes et réformées montre que, s’il n’est pas un vaccin absolu contre la pédophilie, le mariage des popes et des pasteurs, ou simplement la possibilité même du mariage, empêchent efficacement l’installation d’un système vertical de perversion qui n’a que trop fait de victimes – des victimes dont on ne connaîtra jamais le nombre réel, ni l’ampleur de l’immense souffrance.

 

Publicité
****½28votes




Commentaire de Ben Simkins le 2 octobre 2018 à 12:59

Je trouve abusif le comparaison d’un célibat ‘forcé’ au mariage forcé. Les jeunes qui sont forcées à se marier sont vraiment physiquement forcées. Personne n’est forcé à devenir prêtre.

Et puis… c’est quoi ce raisonnement?! Je comprendrais que le célibat provoque des adultères, des maîtresses, la fréquentation de prostituées ou que sais-je. Mais de là à dire que c’est le célibat qui provoque la pédophilie…

Devrait-on croire que c’est uniquement chez les prêtres, ou faudrait-il aussi se méfier de tous les ‘célibataires involontaires’ qui nous entourent ?

Je croirais plus volontiers à une causalité inversée: certaines institutions catholiques (notamment les internats et orphelinats) fournissent un terrain privilégié de prédation. Ce qui attirerait des pédophiles.

Dès lors, les protestants – et l’Etat d’ailleurs – feraient bien d’examiner leurs propres institutions, pour voir en quel mesure elles pourraient constituer une attraction pour ces prédateurs.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 2 octobre 2018 à 13:03

Le mariage des prêtres? Bien sûr. Mais une étude publiée il y a quelques années au Canada suggérait qu’en majorité, les coupables avaient des tendances homosexuelles. Tendances que le mariage ne résorberait pas. A moins bien sûr de faire d’une pierre deux coups: Autoriser aussi aux prêtres le soi-disant “mariage pour tous” .

Commentaire de Patrick Gianini Rima le 2 octobre 2018 à 16:51

Concernant le célibat des prêtres, M.Marguerat a sûrement raison.
Mais de la part d’un théologien, je m’attendais à ce qu’il donne (à côté ou avant tout !) une explication biblique. Il oublie que la Parole de Dieu nous répète, de la Genèse à l’Apocalypse, que l’être humain est pécheur et qu’il ne peut pas, de lui-même, se débarrasser de ce péché qui habite en lui et va, par la convoitise qu’il suscite, le guider dans toutes sortes de pratiques immorales.
La bible nous dit aussi que toute méthode humaine (abstinence, mariage, même comme certains l’ont évoqué castration, etc.) ne seront jamais que des “emplâtres sur une jambe de bois”. Seul Jésus-Christ, qui a vaincu pour les êtres humains le péché sur la croix, peut faire de nous, si nous le voulons bien, des hommes et des femmes “renouvelés”, qui ne seront peut-être pas immédiatement débarrassés de leurs tendances contraires aux lois naturelles, mais qui pourront, avec l’aide de Dieu, par leur persévérance, les affronter et les surmonter.

Commentaire de Jérôme Lorenz le 3 octobre 2018 à 21:34

“Je vous le dis, c’est la vérité : chaque fois que vous avez fait cela à l’un de mes frères, à l’un des plus petits, c’est à moi que vous l’avez fait”. Cette parole de Jésus tirée de l’évangile de Matthieu (25:40) est claire comme de l’eau de roche. En s’attaquant au plus faible, c’est Jésus qu’on blesse. Les prêtres le savent, ou devraient le savoir s’ils lisaient la Bible.
Mais c’est là un des problèmes majeurs du catholicisme: il ne reconnaît pas la Bible, parole de Dieu transmise aux hommes sur une période de 1’500 ans , comme la base essentielle (essence-ciel) de la foi chrétienne.
Les traditions souvent tirées du paganisme, comme l’adoration de Marie ou la croyance en un purgatoire pourtant totalement absent de la Bible, ont plus d’importance que l’Ancien et le Nouveau Testament réunis. Si ce n’était pas le cas, cela fait longtemps que ces incohérences auraient été supprimées (ce qu’a réalisé le “sola scriptura” de la Réforme).
Et que dire des écrits du Pape ou des décisions prises lors des synodes d’évêques qui pèsent plus que la Bible? Tout homme est faillible, même le Pape, dont il faut rappeler que certains ont mené des guerres par le passé.
Pour revenir à cette parole de Jésus, on peut quand même se demander comment des prêtres qui sont censés transmettre la crainte de Dieu – c’est à dire le respect pour sa parole – peuvent à ce point la bafouer sans que leur conscience ne leur crie l’horreur absolue de leurs actes.
Devant l’ampleur de ces actions et la protection dont beaucoup ont bénéficié, on ne peut que constater que l’esprit de la chair a pénétré cruellement le catholicisme. Quel constat d’échec pour cette église qui s’auto-proclame la seule à détenir la Vérité. Les agissements de certains de ses représentants sont en osmose avec tout ce qui accélère la perdition morale de notre occident déchristianisé.

Commentaire de Xavier Gruffat le 6 octobre 2018 à 19:31

Intéressant. Vu du Brésil où je réside depuis bientôt 10 ans, je rencontre peu de catholiques, mais presque que des évangéliques, athées ou spirites. Le Brésil est le plus grand pays catholique au monde, il paraît… Ce n’est pas scientifique mais je pense qu’il y a dans le monde deux fois plus d’évangéliques que de catholiques en 2018. 700 millions d’evangéliques et probablement 350 millions de catholiques. Car les catholiques parlent d’1,2 milliards de baptisés mais combien pratiquent ? Un quart probablement. Donc oui le conseil que je donne aux catholiques est de très rapidement autoriser le mariage des prêtres pour arrêter l’hemorragie. Surtout que l’Apôtre Paul conseille si possible de rester célibataire, on peut se demander pourquoi il n’y a pas plus de pasteurs célibataires, mais ne l’oblige pas. Autrement dit, les Écritures n’interdisent pas le mariage d’un prêtre.

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.