ico Suisse A Bussigny, une municipalité visionnaire

3 juin 2013 | Catégorie: Non classé, suisse

PHILIPPE BARRAUD

Un tournant historique pour le canton de Vaud: c’est ainsi que l’on peut lire la volonté de la Municipalité de Bussigny de mettre un frein à sa croissance démographique et immobilière. Un tournant qui, espérons-le, sera suivi par d’autres communes.
Bussigny, 8000 habitants, fait partie de ce périmètre de l’Ouest lausannois dont l’urbanisation a explosé. En quelques décennies, ce qui était une charmante région agricole est devenue une banale banlieue américaine, dont le développement anarchique a produit un ensemble d’une laideur et d’une froideur considérables: bretelles d’autoroutes enchevêtrées, centres commerciaux à n’en plus finir, publicités agressives, médiocrité architecturale, bouchons et pollution, piétons invisibles car la voiture est indispensable: c’est comme les suburbs de Denver ou de Las Vegas, en moins rigolo.
Le tournant est intervenu après la votation du 23 septembre 2012, quand les habitants de la commune ont refusé un projet de tour. Dès lors, les choses étaient claires pour l’exécutif, dont le réalisme et l’humilité sont à saluer. Comme l’a expliqué au Temps (28 mai 2013) la Syndique de Bussigny, Mme Claudine Wyssa: «Nous avons entendu trois messages dans le verdict des urnes: la population ne veut pas de tours, elle redoute une transformation trop rapide de son cadre de vie et elle se sent insuffisamment informée. Nous n’avons pas été bons, car nous avons mal préparé les gens à nos projets.»
La Municipalité refusera désormais toute construction de plus de 30 mètres de hauteur, et surtout, elle s’engage à limiter l’augmentation de la population à 3000 nouveaux habitants en dix ans, soit 50% de moins que les précédentes perspectives. Enfin, la réalisation des plans de quartiers sera étalée dans le temps. Ce qui bien sûr fait bondir les promoteurs, au premier rang desquels… Edipresse, qui ne produit plus de journaux, mais des projets de quartiers nouveaux.
L’éthique de la Syndique et de la Municipalité de Bussigny doit être saluée car, enfin, une autorité locale met la priorité sur la qualité de vie de ses habitants, plutôt que sur les chimères d’une croissance démographique à tout prix. Il est probable, et souhaitable, que cette manière de voir les rapports entre exécutifs municipaux et citoyens fasse tache d’huile. Elle repose non plus sur une tension permanente entre la Municipalité, qui veut imposer un «développement», et les citoyens qui s’y opposent, mais sur un respect scrupuleux de la volonté populaire. Et ce n’est que justice: les syndics et les municipaux passent, les habitants restent et, trop souvent, subissent les conséquences de l’incurie de leurs élus, plus attentifs aux pressions des milieux économiques qu’aux intérêts des habitants.

Publicité
****½51votes




Commentaire de Pierre Santschi le 3 juin 2013 à 11:28

C’est d’autant plus méritoire qu’il s’agit d’une commune ayant un nombre respectable d’habitants. Enfin une municipalité pionnière qui ne se prend pas pour la Commune dans son ensemble, mais qui se considère comme à son service. Bravo! Souhaitons-lui de tenir le coup contre le bling-bling, la mégalomanie et la croissancite en cours (et en cour) dans le monde officiel… A quand les suivantes?

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.