ico Griffure Mes gages, mes gages !

4 octobre 2017 | Catégorie: griffures

L’initiative visant à empêcher nos parlementaires de se laisser corrompre par les caisses-maladies a suscité un haut-le-cœur à la droite du parlement. C’est que ces enveloppes sous la table, ça fait quand même pas mal d’argent de poche !
La récolte de signatures aboutira bien sûr, puis le parlement balaiera l’initiative sous prétexte que les élus récoltent d’indispensables informations dans les palaces où on les régale. Quant au peuple… Il râle chaque automne face à la hausse des cotisations, mais il en redemande lorsqu’on lui propose de changer de système. Tant pis pour lui! Et face aux menaces terribles que ne manquera pas de lui asséner le lobby des caisses, il finira par voter pour la perpétuation des pots-de-vin. Triste, non ?

**** 21votes




Commentaire de Xavier Gruffat le 5 octobre 2017 à 19:19

Je ne vais pas répondre comme pharmacien dipl. EPFZ et MBA (je dis cela pour mettre un peu de sérieux) qui a fondé Creapharma.ch mais comme “intellectuel” en amenant une provocation. Quelle part de la médecine est absolument vitale (cancer, AVC) ? 50% ? Connaît-on les chiffres ? Je réfléchis beaucoup et étudie ces grandes églises évangéliques comme Hillsong ou au Brésil l’église Universelle qui conseillent à leur membre de payer la dîme (10% du salire), en leur offrant et promettant une communauté (bien pour prévenir la dépression), font parfois des “miracles” contre les rhumatismes (parfois effet placebo)… Maintenant mon analyse, dans une Suisse presque sans religion (pratiquée). Les médecins ne sont-ils pas devenus les nouveaux pasteurs? On se rend compte peut-être qu’un pasteur coûte moins cher au final à la société si on prend la “Big Picture”. C’est peut-être un exemple un peu bête mais pour résoudre ce problème d’augmentation des coûts de la santé il faut peut-être penser “out of the box”. Car M. Décaillet résume bien sûr son blog TDG que chaque année c’est la même chose, on s’excite et oublie 3 jours après. Sauf que la réalité est que la classe moyenne suisse s’apauvrit année après année si les primes augmentent bien plus que l’inflation. Cela va devenir un cauchemar pour les familles.

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.