ico Griffure Fessenheim, dix ans de bon !

25 juillet 2018 | Catégorie: griffures

Surprise! La mise en marche de l’EPR de Flamanville est une fois de plus reportée, à 2020 cette fois-ci, avec un coût supplémentaire de 400 millions d’euros. Et on peut parier que ce nouveau report ne sera pas le dernier.
Voilà pourquoi la vieille centrale de Fessenheim pourra continuer à tourner, bien qu’elle soit à bout de souffle et menace des millions d’habitants du triangle de Bâle.
Etrange pays que la France, où la poursuite de l’exploitation d’une centrale nucléaire ne dépend pas de son état de sécurité, mais de la mise en service d’un autre réacteur, un jour ou l’autre !
Quand la politique se substitue aux scientifiques, il faut s’attendre à tout, et surtout au pire.

**** 8votes




Commentaire de B. Brunner le 1 août 2018 à 16:21

Excellente griffure! Pourtant, il y aurait bien assez d’énergie renouvelable, sure, propre et bien moins chère. sans émissions (solaire, éolien, marées) et de stockage disponible en France (centrales hydrauliques, batteries) et partout ailleurs dans le monde. Aussi en Suisse. Mais on attend quoi ????! Qu’il fasse 60° en Espagne et France et 50° en Suisse, avec toute l’humidité qui va avec ? Que l’air devienne irrespirable ? Ou qu’on se dise comment est-ce qu’on a bien pu en arriver là ? Ou on attend qu’il fasse 70° et qu’on en parle plus ?

Commentaire de Ben Simkins le 8 août 2018 à 13:46

Je crois que si on veut une réponse crédible par rapport à la faisabilité technique ET financière d’un projet de génération d’électricité, on a meilleur temps de s’adresser à un ingénieur qu’à un politicien ou à un scientifique. Malheureusement c’est un corps de métier qu’on ne voit que peu souvent dans les débats…

Commentaire de Philippe Lerch le 10 août 2018 à 7:25

@ B. Brunner:

malheureusment, vous vous méprenez de penser qu’il existe des méthodes de stockage d’énergie disponibles “maintenant” pour accumuler l’énergie verte et soutenir la transition que vous appelez de vos voeux.

Oui, le potentiel “théorique” de ces sources vertes pourrait compenser ce que le fossile et l’uranium réunis produisent, mais non, il n’y pas encore de méthode de sockage disponible pour se passer des sources polluantes et celles tombées en disgrâce.

Le potentiel d’économie “comportemental” est en général ignoré (car il réclamerait des mesures impopulaires) et celui dégagé par les progrès technologiques (efficacité) est immédiatement compensé par M. et Mme tout le monde (augmentation de la population, et des “besoins” etc).

Commentaire de M. Guex le 12 août 2018 à 12:10

Énergie solaire moins chère ? Énergies “renouvelables” ? Énergie “propre” ? Des leurres, je le crains.
– l’énergie solaire paraît moins chère à notre porte-monnaie parce que nous en faisons payer le coût humain et environnemental à d’autres ;
– elles paraissent renouvelables parce que nous n’incluons pas les matériaux (terres rares…) qui permettent de transformer le rayonnement solaire en électricité ;
– propres, parce que la pollution générée par l’extraction et le traitement des terres rares pourrait bien avoir ( et a déjà) un impact à long terme aussi nocif que le nucléaire.
Seulement, ce n’est pas chez nous…
Il y a bien une énergie verte sans recours à l’atome et à des ressources minières problématiques : l’énergie musculaire ! Mais là, je rêve.
En attendant, profitez de nos richesses déjà disponibles pour lire le livre de Guillaume Pitron : ” La guerre des métaux rares – La face cachée de la transition énergétique et numérique” ou voir les vidéos sur le sujet.

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.