ico Etranger Pour éviter la guerre, il faut éliminer Kim Jong un

3 septembre 2017 | Catégorie: étranger

PHILIPPE BARRAUD

On se croirait dans le Lotus Bleu: chaque provocation supplémentaire de Kim Jong un provoque à l’ONU des gesticulations aussi vastes qu’inopérantes, qui ne font qu’encourager celui qui défie la communauté internationale. Avec ce psychopathe, il n’y a pas de dialogue possible. La seule solution est de l’éliminer.

Les provocations toujours plus insupportables de ce monarque paranoïaque mettent tout le monde dans l’embarras, car le ramener à la raison est impossible. Les Russes et les Chinois ont beau appeler à la négociation et au dialogue, ils savent pertinemment qu’il n’y aura pas de dialogue, car pour cela il faut être deux, et Kim n’a aucune intention de discuter avec qui que ce soit de son programme nucléaire. Pour lui, persister est la seule manière d’exister, puisque sont pays est l’une des puissances économiques et politiques les plus misérables du monde. Il pense donc pouvoir se rattraper en faisant de la Corée du Nord une puissance nucléaire inspirant la terreur, à défaut du respect.

Sa grande erreur, celle qui le perdra, est d’en faire une puissance exclusivement agressive, et donc menaçante, lançant des menaces à la volée, envoyant même des missiles par dessus le Japon – en attendant une bombe à hydrogène qui mettra le feu à la planète.

L’option militaire, qui détruirait sans grandes difficultés les sites de production et de lancement des missiles, est évidemment risquée, dans la mesure où c’est la Corée du Sud qui ferait les frais, fussent-elles non atomiques, des représailles du Nord. Une option plus efficace et bien moins risquée consisterait à éliminer Kim Jong un lui-même. Pour une raison simple: le régime de la Corée du Nord s’incarne dans sa seule personne; il n’a pas de successeur désigné, et personne, dans sa cour, n’est susceptible de lui succéder, puisqu’on est dans un régime dynastique. De plus, ce régime n’apparaît pas comme une structure extrêmement solide capable de survivre à son Führer et de lui succéder.

Dès lors, il est raisonnable de penser que Kim éliminé, les provocations cesseraient rapidement, surtout si l’on prend simultanément la peine de détruire l’infrastructure nucléaire du pays.

La question est de savoir qui pourrait faire le «sale boulot » – qui serait en réalité un immense service rendu à l’ensemble de l’humanité ! La Chine ne le fera certainement pas, car elle craint plus que tout l’inévitable chaos qui suivrait la disparition de Kim, en particulier sur le front des réfugiés à sa frontière. Mais quel que soit le bras armé qui actionnera le geste libérateur, la chose ne devrait pas être excessivement difficile, tant le pays est quadrillé par les services de renseignement de nombreuses puissances, tant les satellites transmettent des torrents de données ultra-précises. Alors, agissons vite avant qu’il ne soit trop tard – pour une fois…

**** 39votes




Commentaire de Roland Gloor le 4 septembre 2017 à 17:15

Comme vous l’écrivez
La question est de savoir qui pourrait faire le «sale boulot »
Mais qui ? Tonnerre je n’arrive pas à me rappelle de son nom ?
Vous pourriez peut-être me le dire M. Barraud !

Commentaire de philippe lerch le 6 septembre 2017 à 21:07

Intéressant, cet appel explicite à la violence, “pour la bonne cause”.

Si d’aventure on souhaitait se débarasser de tous les dirigants paranos qui sévissent … il y aurait du pain sur la planche.

Le problème du dirigeant de la Corée du Nord est que personne ne le prend au sérieux et qu’il ne souhaite pas terminer sa carrière comme un certain dirigeant Lybien. Donc il se fabrique les jouets nécessaires pour faire partie du club.

Mais qui sommes nous pour donner un blanc seing d’honorabilité aux dirigeants des autres nations qui possèdent déjà ou sont en passe de posséder, ces jouets de feu nucléaire ?

Kim ne fait rien d’autre que ce que font, entre autre, les vainqueurs de 1945, de la Realpolitik, comprenez de la Machtpolitik. En geopolitique, il n’y a jamais rien d’autre que l’équilibre des forces qui fonctionne.

A propos de type caractère, on pourrait également imaginer de retirer les jouets à certains dirigeants, élus, lorsqu’ils démontrent qu’ils sont submergés par leur attributs psychologiques.

On pourrait également, préventivement, éliminer tel ou tel dirigeant dont on pense qu’il pourrait développer un trait de caractère par trop envahissant – comprenez incompatible avec notre situation, vivant dans le luxe, et donnant des lecons de morale à tour de bras.

La decision que vous appelez de vos voeux M. Barreau, est certainement discutée, et ne sera prise que si la somme des avantages estimés compense celle des inconvénients présumés.

Selon toute vraissemblance, le sort des N-coréens n’interesse pas grand monde. Sinon, comment expliquer que les sanctions se succèdent depuis des années, sans effets notables sur les relations avec M. Kim ?

Il y a aussi l’aspect culturel. En Asie, perdre la face est un affront sérieux. Pensez-vous que ce serait bénéfique, si un dirigeant de l’Ouest se décidait à réaliser votre fantasme, y parvenait, et montrerait aux voisins (chine, japon, etc) qu’un “problème” de leur compétence trouve une “solution” venant de l’ouest ? Ce n’est pas sérieux. Nous n’avons pas terminé de payer le prix de la fin de 1945 dans cette région du monde, ce n’est donc pas le moment de remettre une couche.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 16 septembre 2017 à 20:50

Un jour prochain, un des pokémons du petit psychopathe mal élevé à Berne tombera par erreur (ballstique, électronique, ou autre) du côté chinois, Et les Chinois lui feront le sort qu’il cherche et mérite..

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 23 septembre 2017 à 17:46

Tiens ? Un “séisme””bizarre en Corée du Nord, la nuit dernière,, à une vingtaine de kilométres d’un des sites de lancement de pokémons!

Vous pourrez dire que vous l’aviez lu ICI,

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



Assange démasqué

Les révélations de Donald Trump Jr sur ses échanges avec Julian Assange apportent la preuve que celui-ci s’est servi de Wikileaks pour manipuler l’élection présidentielle américaine, suggérant même le contenu d’e-mails et de tweets que l’entourage de Donald Trump pourrait diffuser à charge sur Hillary Clinton. Celui qui se fait appeler @rightwingmadman (tout un programme!) a aussi proposé à Trump Jr de diffuser de fausses révélations mineures sur le candidat républicain juste avant l’élection, pour faire croire à la neutralité de Wikileaks.
Sic transit…

Le télétravail, rêve fracassé

Il y a une vingtaine d’années, les futurologues nous assuraient que grâce à l’internet, la plupart des gens travailleraient à domicile. Mal vu ! Le nombre des pendulaires a explosé et, selon les CFF, il va doubler. Voilà qui confirme que les futurologues ont toujours tort.
C’est rassurant…


Appel au dons

Articles récents