ico Etranger L’homme par qui la guerre arrive

14 mai 2018 | Catégorie: étranger

PHILIPPE BARRAUD

On ne peut pas rester silencieux face à ce qui s’est passé ce 14 mai à Jérusalem et à Gaza. Ce qui aurait dû être un jour de fête – les 70 ans de la création de l’Etat d’Israël – est devenu une pitoyable exhibition de cynisme glacé doublée d’un bain de sang, largement par la faute du fauteur de guerre qui règne sur la Maison-Blanche.

D’un côté, les milliardaires de la dynastie Trump et leurs amis du gouvernement israélien, qui trinquent dans le luxe et s’auto-congratulent, avec au centre Ivanka Trump tout sourire, qualifiée de “Marie-Antoinette sioniste” par Michelle Goldberg dans le New York Times. De l’autre, des gueux misérables qui ne sont riches que de leur colère et de leur impuissance, sur lesquels les snipers de Tsahal font des cartons, comme à la fête foraine, tuant et blessant indistinctement hommes, femmes et enfants. Pour le bilan, reportez-vous à vos médias. Mais, au-delà des morts, on se demande comment plus de 2’000 blessés vont être pris en charge dans le système hospitalier de Gaza.

C’est parfaitement insupportable. Certes Israël est un pays assiégé, certes le problème israélo-palestinien est fondamentalement insoluble, mais tout de même: pour un tel anniversaire, le gouvernement aurait pu choisir une autre option qu’un bain de sang pour marquer le coup. Car qu’on ne s’y trompe pas: ce jour restera comme une tache, comme une honte, bien davantage que comme un jour de fête. Et le fait que Trump ait le cynisme de parler de paix pendant ce déluge de balles ne fait que rajouter une couche à cette honte.

Mais qu’attendre d’un homme qui n’a qu’une obsession: flatter ses électeurs dans le sens du poil, «tenir ses promesses électorales» et démonter toutes les décisions d’intérêt public de son prédécesseur. Or, il n’y a évidemment aucun mérite à tenir des promesses imbéciles et dangereuses, à empêcher les scientifiques de travailler, à confier la protection de l’environnement à un lobbyiste du pétrole. Donald Trump, qui ne doute jamais de lui-même, ne s’est pas demandé une seconde si le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem n’allait pas déclencher une guerre – une de plus dans cette région. Il ne s’est pas davantage demandé si le fait de déchirer l’accord sur le nucléaire iranien n’allait pas déclencher une autre guerre, dans laquelle Israël serait le bras armé de sa haine paranoïaque de l’Iran. Donald Trump vit dans un tel océan d’ignorance qu’il peut se dispenser de toute remise en question, tellement il est sûr de son «instinct».

Ce transfert d’ambassade, suivi par quelques pays secondaires sans doute stipendiés discrètement, va non seulement se traduire par d’innombrables morts inutiles, mais il va surtout porter un nouveau coup à la crédibilité des Etats-Unis, déjà laminée en quelques mois seulement, qui ont la fâcheuse tendance à déchirer, par caprice présidentiel, une série de traités internationaux mûrement élaborés par leurs partenaires. Du coup, l’Amérique devient un pays éminemment non fiable, voire suspect, puisqu’il peut dénoncer unilatéralement des accords que l’on croyait solides, et pire encore, prendre en otage le reste du monde s’il désobéit aux décrets du Roi Pétaud de Washington. Qui prendra le risque de signer un traité avec les Etats-Unis à l’avenir, sachant qu’il pourra être résilié le lendemain ? Au Proche-Orient en tout cas, les Etats-Unis sont complètement grillés sur le plan diplomatique, puisqu’ils ont pris fait et cause pour Israël.

Malgré tout cela, il se trouve encore des imbéciles pour suggérer qu’on donne à Trump le… Prix Nobel de la paix, simplement parce qu’il a cru devoir faire l’honneur à un roitelet de village de se poser en égal de la première puissance mondiale – signe évident de son ignorance crasse de l’art de la politique. Attendons d’abord le bilan humain de sa haute politique dans les mois à venir, avant de le féliciter !

***½ 41votes




Commentaire de Daniel Topow le 15 mai 2018 à 9:04

Bien évidemment, je partage avec vous, en partie la vison que vous avez du Président actuel des USA. Comme vous je déplore chaque vie brisée, quelle qu’elle soit. Pour le reste, dommage Monsieur Barraud, dommage, vous êtes tombé dans le piège tendu par le Hamas et d’autres ennemis d’Israël, qui ne supportent pas un pays où une partie du peuple juif est, depuis peu (70 ans c’est court dans l’histoire),malgré bien des tentatives de les détruire (les manifestations violentes et on pacifique, de Gaza, justement en est une autre mais vous ne le voyez pas. Michelle Goldberg dans le New York Times, quelle référence…quand on sait que ce journal…. ou peu importe comment le nommer, est systématiquement anti-israélien. Il est devenu Le Monde de New York, mais en anglais….. Cela en dit assez.
Mais un jour, j’ose espérer, que vous et bien d’autres, vous réveillerez de ce monde d’Orwell, qui a réussi à finalement, formater votre pensée, comme la grand masse des journalistes qui ne connaissent au fond pas grand choses…. Je vous cite:”Pour le bilan, reportez-vous à vos médias”
Donc, si c’est à la TV ou dans le journal, c’est vrai. et tout ce qui y est dit est la vérité.Mais Monsieur Barraud, je m’étais habitué à moins de naiveté et plus de clairevooyance de votre part.
Bon réveil Monsieur Barraud.

Commentaire de Yves Fauth le 15 mai 2018 à 9:07

Je rappelle que chaque pays a l’obligation de défendre ses frontières (ndlr ce que nos pays pleutres ont (ou veulent) oublié). Les manifestants ont été largement prévenu par Tsahal des risques encourus s’ils cherchaient à forcer la frontière, ils ont décidé de passer outre ces avertissements: l’armée a donc fait son devoir. Israël ne peut pas se permettre de jouer les pleurnicheuses compassionnelles professionnelles comme chez nous.

Commentaire de J.J. Surbeck le 15 mai 2018 à 10:56

“le gouvernement aurait pu choisir une autre option qu’un bain de sang pour marquer le coup”… Ah oui? Comme quoi par exemple? Imaginez 50,000 fanatiques envahissant Genève depuis la France avec le but déclaré urbi et orbi de massacrer tous ceux qu’ils trouveraient sur leur chemin? Vous feriez quoi? Les accueillir à bras ouverts? Il s’agit d’une offensive en règle par des terroristes armés, et dans un cas comme ça il n’y a qu’une réponse possible: on tire sur tous les éléments ennemis qui réussissent à s’infiltrer. Si on adoptait votre méthode, toute force défensive résistant à une invasion armée devrait s’abstenir “pour éviter un bain de sang”. La manipulation par Hamas est odieuse, et il est affligeant de voir avec quelle allégresse vous tombez dedans.

Le reste de votre article montre manifestement que vous souffrez de manière aigüe du syndrome anti-Trump, et je vous suggère en conséquence de prendre des calmants au lieu d’écrire des âneries pareilles.

Et pour couronner le tout: “Au Proche-Orient en tout cas, les Etats-Unis sont complètement grillés sur le plan diplomatique, puisqu’ils ont pris fait et cause pour Israël.” Voilà ce que j’appelle complètement louper le ballon: c’est Obama qui avait complètement grillé son pays en prenant fait et cause pour l’Iran, et Trump, bien au contraire de ce que vous racontez, à remis les pendules à l’heure et réussi à réintégrer les pays arabes, avec l’Arabie Saoudite en tête, dans le sérail américain. Pris fait et cause pour Israel? Oui, et après? Ce n’est pas incompatible. Preuve en est le rapprochement entre l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe et Israel, précisément, chose impensable tant qu’Obama était encore en place.

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 15 mai 2018 à 12:31

Permettez-moi seulement de me demander pourquoi Israël ne se limite pas à l’usage de canons à eau voire de gaz lacrymogène pour repousser ces manifestants ?

Commentaire de J. Lorenz le 15 mai 2018 à 22:17

Quel journal traditionnel osera dénoncer la cruauté du Hamas qui invective ses troupes à attaquer la frontière, à en faire de la chair à canon ? Lors de la guerre de 2014, ce même Hamas empêchait les habitants de quitter leurs habitations pour que le monde puisse s’indigner des nombreuses victimes palestiniennes innocentes commises par le “bourreau israélien”. Lorsque Tsahal s’apprêtait à bombarder de manière ciblée les dépôts et les bases de lancement de missiles souvent placées dans des zones fortement habitées, l’armée israélienne avertissait les habitants par tracts qu’il fallait quitter les lieux immédiatement.
Une école financée par l’ONU avait même été utilisée pour stocker de la munition du Hamas. Chose assez rare, les médias en avaient parlé, certes de manière assez succincte, mais pour une fois, la politique de prise en otage de la population de Gaza par le Hamas avait été implicitement abordée.
C’est facile d’accuser Trump comme l’instigateur de cette guerre. Par le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, il ne fait qu’appliquer une loi votée en 1995 qui reconnaît Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël. Alors que tous ses prédécesseurs n’ont fait que signer tous les 6 mois des reports de l’entrée en vigueur de cette décision parlementaire, lui a le courage de ne pas céder devant la pression arabo-musulmane. Cela change d’Obama qui avait prononcé un de ses premiers discours dans une université égyptienne pour louer la religion islamique.
Jérusalem n’a jamais été la capitale d’aucun Etat arabe, alors qu’elle fut déjà capitale d’Israël lors du 1er millénaire avant notre ère chrétienne.

Commentaire de Pierre Bonnard le 16 mai 2018 à 10:31

Bravo M. Barraud!
Les commentaires du style “C’est la faute au Hamas” ou “50,000 fanatiques avec le but déclaré urbi et orbi de massacrer tous ceux qu’ils trouveraient sur leur chemin” (vous avez vu leurs armes?) sont typiques d’une propagande israélienne visant à justifier ces massacres, un peu comme les nazis prétendaient que les juifs égorgeaient des enfants aryens et complotaient pour gouverner le monde. Il se trouvait alors assez d’idiots pour croire ce genre de sottises, et aujourd’hui hélas aussi.

Les habitants de Gaza n’ont plus rien à perdre, par la seule faute d’Israël qui maintient un blocus étouffant. Que certains d’entre eux se mettent à crier “mort aux juifs” est inadmissible, mais explicable et ne justifie en aucun cas une balle de sniper dans la tête.
Le Hamas fut d’ailleurs au début largement aidé par les services secrets d’Israël pour monter un rival au laïc Fatah d’Arafat qui prônait une Etat laïc et démocratique sur tout le territoire.
Le Hamas organisation terroriste? Peut-être, mais c’est un tout petit détaillant face au grossiste qu’est l’armée israélienne. Mais pas seulement, puisqu’il assure l’aide sociale sur le modèle des frères musulmans.
Ces manifestations dites “marches du retour” marquent symboliquement le droit au retour “Rapatrier ou indemniser les réfugiés palestiniens” de la première résolution de l’ONU admettant conditionnellement Israël. Il y en a eu de nombreuses autres, sur lesquelles le gouvernement israélien s’est aussi assis avec l’aide des USA.

A la base, il faut se souvenir qu’avant-guerre juifs, arabes et chrétiens vivaient en bonne harmonie depuis des siècles sur cette terre appelée Palestine. Pour créer cet Etat d’Israël il a fallu construire un mythe religieux, celui du peuple juif auquel Dieu aurait exclusivement donné cette terre; ce mythe est démonté par des historiens modernes comme le professeur à l’Uni de Tel-Aviv Shlomo Sand l’a fait dans divers ouvrages comme “Comment le peuple juif fut inventé” ou, plus court, “Comment j’ai cessé d’être juif”.

Un Israël doit exister, comme un exemple de paix, traitant tous ses habitants avec mêmes droits et devoirs indépendamment de leur religion et appliquant les résolutions des Nations-Unies jusqu’au bout. Pas voler terres, eau et rendre l’existence impossible aux habitants originaux.

Commentaire de Pierre-Alain Tissot le 16 mai 2018 à 21:02

Les Juifs, de retour sur leur terre après leur dispersion voici 2000 ans sont une source de conflit qui ne trouvera pas de solution. Les pays d’islam, et surtout le monde arabe, ne peuvent accepter le rétablissement d’Israël !
Certes, on souhaiterait qu’il puisse y avoir une terre pour deux pays mais le nœud, la pierre d’achoppement de Jérusalem, ne pourra pas se résoudre avant longtemps…
Pourtant, l’hostilité presque générale et continue envers Israël, même s’il a aussi des torts, questionne par son ” deux poids, deux mesures”.
En effet, qui parmi les nations, les politiciens, les ONG et les médias dénoncent l’occupation et la colonisation du Tibet par la Chine depuis bientôt 70 ans ? Qui soutient le droit au retour des Tibétains ? On détourne le regard et il n’y a personne pour oser accuser les puissants “amis” chinois.
Autre situation encore pire parce complétement ignorée : la Papouasie occidentale, annexée et colonisée illégalement par l’Indonésie depuis 1962 ; les Papous peuvent disparaître en silence…

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 20 mai 2018 à 17:10

Et la colonisation du continent américain par les Européens?

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



Ils aiment tant les forêts! De préférence rasées…

Les multinationales de l’alimentation ont développé une communication sophistiquée pour vanter leur souci de l’environnement. Sur le terrain, c’est autre chose. Selon une dépêche d’AFP du 24 septembre, un rapport de Greenpeace publié cette semaine indique qu’un groupe de grands producteurs d’huile de palme indonésiens, fournissant notamment Unilever ou Nestlé, «ont détruit une surface de forêt équivalente à deux fois Singapour en moins de trois ans».
Maintenant, libre à chacun de se laisser berner par la propagande des producteurs…

La ceinture des moines

Dans le parc de la magnifique Abbaye de Fontfroide, dans l’Aude, se trouve un très joli “jardin des moines”, avec quatre carreaux formant une croix. Dans l’un d’eux pousse du gattilier, ou poivre des moines (Vitex agnus-castus). Le panneau explicatif dit que les moines se confectionnaient des ceintures avec les rameaux, car cette plante a toujours été réputée être anaphrodisiaque. Le malheur, c’est que dans la version anglaise du panneaux, le gattilier devient une plante… aphrodisiaque! Les anglophones doivent se demander pourquoi les moines s’en faisaient une ceinture, et à quelles orgies elle conduisait…


Appel au dons

Articles récents