ico Etranger A Cuba, la défense de l’environnement conduit en prison – ou à la mort

22 juin 2018 | Catégorie: étranger

EMMANUEL BARRAUD

Le biologiste Ariel Ruiz Uruqiola, activiste environnemental, a été incarcéré début mai à Cuba. Aujourd’hui en grève de la faim et de la soif, son état de santé est critique.

De toute évidence, le régime de Diaz Canel à Cuba n’a rien à envier à celui des frères Castro en termes d’obscurantisme totalitaire. Une histoire récente, dont l’issue pourrait être tragique, l’illustre.

Ariel Ruiz Urquiola est docteur en biologie de l’Université de la Havane. Obtenir ce titre en 2008 lui a déjà valu une confrontation avec les autorités : sa thèse mettait en lumière les risques écologiques de la pêche à la tortue marine qu’autorisait le gouvernement.

Ecarté de force du milieu académique, il a obtenu de pouvoir exploiter un domaine agricole en friche, dans une optique de préservation d’espèces animales et végétales endémiques. Des travaux qui, à nouveau, entraient en contradiction avec certains aspects de la politique agricole cubaine.

Début mai, des membres de la police rurale ont débarqué sur son domaine. La visite a débouché sur son incarcération – au motif, officiellement, d’outrage aux autorités. Amnesty International, qui a étudié l’affaire, a conclu qu’il s’agissait purement et simplement d’une arrestation pour motif de conscience, et a lancé le 11 juin une « action urgente » pour réclamer la libération du « prisonnier d’opinion » Ariel Ruiz Urquiola.

Malheureusement, sur place, la situation est devenue critique. Transféré dans le camp de travail de Cayo Largo, Ariel est privé de sorties, ne peut avoir avec sa famille qu’un contact tous les 21 jours, et n’a pas le droit de travailler avec ses codétenus. Pour protester contre son traitement, il a entamé dimanche dernier une grève de la faim et de la soif. Or selon les médecins qui le suivent, sa survie est très clairement compromise. Ce serait une question d’heures ou, au mieux, de jours.

Nous avons rencontré Ariel l’année dernière, en marge d’une visite à des amis en Suisse. Ses idéaux, sa détermination, sa force de travail sur son domaine forcent l’admiration. Il risque aujourd’hui de devenir une victime de plus d’un régime totalitaire qui foule aux pieds les risques environnementaux qu’Ariel s’efforce de mettre en lumière.

Il n’est peut-être pas trop tard. Sur les documents d’Amnesty figurent les adresses du président Diaz Canel et du Procureur général de Cuba. Celle, aussi, de la sœur d’Ariel. Une forte mobilisation internationale, et de nombreux témoignages de soutien, pourraient-ils être de nature à faire reculer les autorités, ou à convaincre Ariel de la nécessité de sa survie ? C’est ce qu’il faut espérer, et c’est pourquoi il faut s’engager aujourd’hui.

****½24votes




Commentaire de Emmanuel le 4 juillet 2018 à 13:58

** DERNIERES NOUVELLES **
Aussi improbable que cela puisse paraître, Ariel a été libéré lundi soir! Il a pu quitter l’hôpital hier mardi, et se porte étonnamment bien.
A noter que son pseudo-jugement n’a pas été révisé: officiellement, il a été exclu de la prison pour raisons médicales. Le combat va donc se poursuivre sur le terrain juridique.
Sans doute qu’au vu du retentissement international que son cas avait suscité, le gouvernement a simplement estimé qu’il aurait été bien embarrassant de se retrouver avec son cadavre sur les bras…

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



“En deuxième diffusion”

Ceux qui disent que la SSR dépense trop et doit faire des économies en sont pour leurs frais: à écouter jour après jour La Première, on constate un formidable effort d’économies. En effet, plutôt que de produire des émissions originales, qui coûtent cher, on accable l’auditeur d’émissions “en nouvelle diffusion”, de la deuxième main en quelque sorte. Mais de quoi se plaint-on ? C’est l’été après tout, il n’y a quasi plus personne à La Sallaz, juste quelques plantons chargés de faire tourner les robots.
Mais quand même: l’auditeur n’a pas droit à une remise de redevance pour cause de produits pas frais. Or, j’imagine que Le Temps ou 24 Heures n’auraient pas le culot de me faire payer l’abonnement plein pot pour republier des vieilleries, sous prétexte que ce sont les vacances !
Au fait, Commentaires.com pourrait aussi publier des articles en deuxième diffusion, non ?

Le triomphe du pétrole

Donald Trump exige que la production de pétrole augmente partout dans le monde (sauf peut-être en Iran…), et donc la consommation aussi. Logique: l’effet du CO2 sur le climat n’est que fake news, tout comme le réchauffement climatique, que par ailleurs les scientifiques décrivent comme un facteur majeur de la migration d’Amérique centrale vers les Etats-Unis.
Mais l’essentiel n’est-il pas que les commanditaires et patrons de Trump et de son ministre de l’environnement (sic), comme les frères Koch et leurs affidés du pétrole et du charbon, fassent de bonnes affaires ? De toute façon, il auront disparu, couverts de dollars et satisfaits d’eux-mêmes, avant les grands désastres…
Et pendant ce temps de par le monde, des citoyens anonymes et probablement dérisoires font des efforts pour sauver ce qui peut l’être, fragiles fourmis qui croient pouvoir lutter contre les chars d’assaut du fric, du pouvoir et du cynisme. Vivons d’espoir !


Appel au dons

Articles récents