ico Economie Le bitcoin, piège à… ?

31 janvier 2018 | Catégorie: économie

PHILIPPE BARRAUD

Savez-vous au juste ce qu’est un bitcoin ? Un expert financier m’a avoué ne pas y comprendre grand chose lui-même. C’est rassurant. Ce qui est sûr, c’est que c’est une cryptomonnaie, donc un moyen de blanchir de l’argent ni vu ni connu, et évidemment une bulle spéculative, qui explosera un jour avec un maximum de dégâts.

C’est en lisant un commentaire de l’excellent Paul Krugman dans le New York Times que j’ai un peu mieux compris l’absurdité de cette invention, emblématique de l’imagination débridée des financiers lorsqu’ils piochent dans des algorithmes sophistiqués.

Selon Krugman, le bitcoin – comme les quelque 2000 autres cryptomonnaies existantes – souffre de défauts majeurs que les acheteurs enthousiastes semblent n’avoir pas vu. D’abord, il n’a aucune valeur intrinsèque, et donc sa volatilité est littéralement sans limites. Il est sujet à des manipulations, susceptibles d’entraîner des fluctuations colossales, on l’a vu récemment. Car contrairement aux monnaies en cours, il n’est pas lié à une réalité quelconque, un Etat et une une banque centrale, qui garantissent la valeur de vos avoirs et votre pouvoir d’achat avec vos francs, vos euros ou vos dollars. Si demain votre bitcoin ne vaut plus que 0,1 centime après avoir valu 10’000 francs, vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous-même.

Ensuite, le système bitcoin ressemble dangereusement à un schéma de Ponzi – voir les différents jeux de l’avion que l’on a connus –, dans lequel les premiers entrés dans le jeu ont fait des bénéfices colossaux, financés par les derniers arrivés, en attendant l’explosion finale et spectaculaire de la bulle. Autre défaut: le bitcoin est certes un moyen de paiement caché qui permet de se soustraire au fisc – preuve en soit l’explosion des transactions immobilières en bitcoin en Floride – mais c’est un moyen de paiement lent, coûteux et très gourmand en énergie – ce dont les blanchisseurs d’argent de la drogue ou de l’esclavage se soucient peu, il est vrai !

Mais alors, pourquoi cet engouement pour les cryptomonnaies ? Selon Krugman, il faut y voir «une bulle emballée dans un techno-mysticisme au coeur d’un cocon d’idéologie libertarienne». L’idée paranoïde sous-tendant cette idéologie étant que l’Etat, ennemi des libertés, me vole mon argent, et donc que je dois trouver des alternatives. En d’autres termes, on est bien loin de la froide réalité de l’argent tel qu’on le connaît, mais dans un emballement joyeusement irrationnel. Le commentateur écrit encore que peu de sujets suscitent autant de messages haineux à l’intention des journalistes qui osent écrire des articles critiques sur les cryptomonnaies. Nous voilà prévenus !

**** 36votes




Commentaire de Pierre Bonnard le 31 janvier 2018 à 18:27

Lorsque des Etats comme la France tentent sous des prétextes sécuritaires ou pseudofiscaux de restreindre l’usage des espèces (p. ex. >1000€ interdit), il est normal de chercher à se prémunir contre ce flicage.
Les cryptomonnaies sont un moyen certes plein de défauts et de risques, mais un moyen quand même. Bien sûr réservé à qui les comprend bien!
Pour les autres, il reste le troc.

Commentaire de B. Brunner le 1 février 2018 à 19:34

Je me réjouis de la campagne pour la monnaie pleine.

Les gens réaliseront peut-être que

– c’est les banques et non pas la banque centrale qui crée principalement la monnaie.

– que dans le cas de crédits non-hypothécaires, il n’y a pas de contre-valeur réelle en garantie

– que les banques prélèvent de l’argent intérêt en argent provenant principalement de notre travail et de nos achats tant que le montant n’est pas remboursé.

– que l’argent émis par la banque nationale n’est couvert avec de l’or que très partiellement.

– que la banque nationale n’est que pour moitié en mains des cantons, l’autre étant en mains privée cotée en bourse (la FED américaine est 100% privée!!!!).

– que finalement n’importe quelle monnaie n’a pour seule valeur que la confiance qui y est portée

– qu’un vélo moyen valait la même quantité d’or il y a 30 ans que maintenant. Par contre en monnaie “officielle”, il vaut 10 fois plus (au détriment des épargnants)…

Le bitcoin est une catastrophe énergétique car conçu pour être de plus en plus énergivore! Il est en train d’atteindre ses limites techniques. Donc attention à la chute!

Mais d’autres crypto-monaies à venir, non-énergivores, par exemples émises par l’Etat, adossées à de l’or ou des valeurs réelles, et dans l’intérêt des citoyens, plutôt que des banques, peuvent être meilleures que les monnaies “officielles” émises par les banques!

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



Collabo à l’honneur

La très ambitieuse rénovation du Grand-Palais, à Paris, sera co-financée par la maison Chanel. En échange, une des entrées principales s’appellera “Gabrielle Chanel”. Ce sera la première fois, à notre connaissance, que la France donne à un monument historique le nom d’une Collabo notoire. Non seulement elle vécut sereinement l’Occupation dans un hôtel de luxe aux côtés d’un officier nazi,  Hans Gunther von Dincklage, mais encore collabora-t-elle activement avec la Gestapo, sous le nom de code F-7124. Elle ne dut d’échapper aux vengeances de la libération qu’à ses hautes protections, en particulier celle de Churchill. D’innombrables Françaises anonymes, elles, ont été tondues en public pour bien moins que ça…
Mais comment s’étonner? En été 43, la foule parisienne enthousiaste criait: “Vive le Maréchal!”. Un an plus tard, la même foule criait: “Vive de Gaulle!”
Espérons, sans trop y croire, que quelques protestations s’élèveront, pour la forme…

Un auto-coup d’Etat

On se demande pourquoi Erdogan peut, sous le regard complaisant du monde entier, emprisonner, torturer, assassiner en toute impunité et occuper un pays étranger, sous prétexte qu’il y a des “terroristes” partout. Cette complicité tacite est d’autant plus écoeurante qu’on évite soigneusement de s’interroger sur la véritable origine du prétendu “coup d’Etat” qui a permis à l’apprenti Führer de s’attribuer les pleins pouvoirs. Il apparaît de plus en plus que ce coup d’Etat pourrait bien avoir été ourdi par… Erdogan lui-même. Bien joué!


Appel au dons

Articles récents