ico Economie La crise 2 – le retour: merci l’Europe !

25 mai 2010 | Catégorie: économie

PHILIPPE BARRAUD

Cruelle ironie de l’Histoire: l’Europe, qui n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer les excès du monde financier, est aujourd’hui la cause principale de la deuxième crise qui s’ouvre – une crise encore plus grave, puisque ce ne sont plus seulement des banques qui sont en danger, mais tout le système économique.

L’irresponsabilité et l’incompétence de certains acteurs financiers a précipité la crise financière dont nous pensions commencer à sortir; l’irresponsabilité et l’incompétence de certains dirigeants européens précipite le monde dans une deuxième crise, plus sévère et plus profonde selon toute vraisemblance. La différence, au niveau des acteurs, c’est qu’il n’y aura pas de Madoff parmi les dirigeants de l’Union européenne: personne ne passera ne serait-ce qu’une nuit en prison!

En revanche, les conséquences seront lourdes et durables. D’une part, l’Union européenne n’inspire plus confiance, et c’est un problème gravissime: ses atermoiements, ses discours contradictoires, son manque de cohésion n’inspirent plus qu’une profonde méfiance, les opérateurs soupçonnant que malgré les serments solennels, l’UE ne parviendra pas à empêcher la chute de la Grèce, de l’Espagne, voire de la France, voire de l’euro.

Deux autres indicateurs incitent au pessimisme: c’est l’effet de contagion automatique, qui fait que sur tous les continents, sans exceptions, les Bourses plongent à des niveaux abyssaux; et c’est le resserrement progressif du crédit, qui va pénaliser les entreprises, et freiner la reprise dans les pays où elle semblait pouvoir s’imposer. A cela s’ajoute la tension grandissante entre les deux Corée, qui sème la panique des deux côtés du Pacifique. Or, quand cette immense zone économique prend peur, c’est toute la planète qui tremble.

Ainsi, par la faute de l’Union européenne, chaque jour qui passe érode un peu plus les avoirs des petits épargnants, et ceux des caisses de retraites. En Suisse, les plus infortunés ont fait confiance à leur banquier, qui leur a conseillé de répartir leurs placements en francs suisses, en euros et en dollars. Ceux qui ont préféré éviter l’euro, et placer leurs économies en francs et en dollars, souffrent un peu moins: sur chaque dollar investi depuis le début de l’année, les épargnants ont gagné environ 15 centimes, ce qui compense tant soit peu la chute des cours des actions. Et puis – comme toujours pourrait-on dire ­– ceux qui ont acheté de l’or sont les rares épargnants à pouvoir se frotter les mains aujourd’hui: ils sont les seuls à gagner de l’argent – si on laisse de côté les grands traders qui jouent sur le yoyo des devises avec d’immenses profits.

Pour l’heure, la Suisse et les Suisses s’en tirent mieux que leurs voisins, essentiellement parce qu’ils ne sont pas dans la zone euro – Dieu merci. Voilà qui suffit aux détracteurs patentés de notre pays pour regretter que la Suisse échappe à la tourmente… Comme si le fait de plonger aussi dans la crise était une nécessité, un acte de solidarité européenne! Ce sont les mêmes qui reprochent à la Suisse de 39-45 d’avoir échappé à la guerre, comme sil avait fallu que notre population, elle aussi, paie le prix fort en termes de morts et de souffrances. Par «solidarité».

Or la Suisse et les Suisses n’ont pas à payer pour les erreurs et l’impéritie de ses voisins européens. Si nous avons une petite chance de tirer notre épingle du jeu, et d’éviter à notre population les affres d’une récession profonde, nous n’avons pas à nous en excuser, mais au contraire à nous en féliciter – et à féliciter le peuple suisse qui en son temps, indifférent aux pressions de sa classe politique, a pris dans les urnes les décisions qui, aujourd’hui, s’avèrent les plus sages et les plus avisées.

**** 67votes




Commentaire de Jean-Pierre Blanc le 25 mai 2010 à 23:03

En d’autres termes : Merci Blocher !

Commentaire de Jean-Pierre Blanc le 25 mai 2010 à 23:23

F. D. Roosvelt

« Nous avons besoin de renforcer la gouvernance économique au niveau institutionnel pour agir vite de manière plus coordonnée et plus efficace. » H. Van Rompuy

Commentaire de Ulysse de Wil le 26 mai 2010 à 9:56

Vous devriez faire attention, Monsieur, Barraud. Ça fait plusieurs années que je lis votre blog avec intérêt, mais ces derniers temps, la baisse de qualité est patente. Cet article par exemple, relève d’un bel exercice de sophiste. Vous amenez le lecteur à confondre l’Europe en tant que zone géographique et l’Europe en tant qu’institution.
Quand vous parlez de l’incompétence de certains dirigeants européens, il s’agit en fait de dirigeants de nations européennes, et pas de dirigeants de l’Union. Vous auriez pu dire que l’existence de l’Euro a aggravé la dette grecque en offrant du crédit à des taux avantageux grâce à l’Allemagne. Cela est vrai mais vous n’en parlez pas. A cela ont aurait dû répondre que le respect des critères de Maastricht aurait empêché cette spirale infernale. En réalité, la France, la Grèce, l’Italie… ont eu une politique d’endettement qui aurait existé malgré l’union européenne. Et la situation aurait été la même, commission européenne ou pas. C’est le comportement de dirigeants nationaux qui est la cause de la situation actuelle, j’aimerais bien vous l’entendre dire. Avec un peu d’honnêteté, vous arriveriez certainement à la conclusion que si on avait eu plus d’Europe, notamment un moyen coercitif de contrôler l’application des traités sur l’Union monétaire, on aurait pas eu de crise. Les nations sont devenues inconséquentes, et l’union n’est pas assez puissante, voilà la réalité que vous dépeignez fort mal. La prochaine fois, faites un peu mieux, de grâce.

Commentaire de Paul Bär le 26 mai 2010 à 16:00

Sur la section “économie” de Fdesouche…

http://fortune.fdesouche.com/18759-la-crise-de-la-dette-une-menace-pour-le-modele-social-europeen

… un commentaire terrible ET vrai.
Ce qui s’avance, face à nous, a un visage horrible !

“”””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””
Christopher Johnson
Mercredi 26 mai 2010 à 10:08
Les gouvernements ont 20 à 30 ans de retard sur la situation. Ils n’ont pas la moindre idée de l’impasse dans laquelle il se trouve. Ils n’ont plus aucune marge de manœuvre, mis à part la sortie immédiate de l’Euro, l’annulation de la dette et la mise en oeuvre d’un vrai protectionnisme. Autrement dit une révolution économique pouvant mener à la guerre.

Pour le moment, le gouvernement continue de faire payer l’intégralité du coût de la crise sur la population la plus imposée du monde, qui subit déjà plus de 10% de chômage officiel.

Cette crise économique a un effet politique que je constate tous les jours avec plus de force : la disparition de la France en tant que patrie. Les gens ne veulent plus avoir à vivre ensemble. Ils pensent, à raison, qu’on leur fait payer le poids de l’irresponsabilité d’une frange considérable de la population, à commencer par l’élite et les immigrés.

Je crois que nous assistons à une mutation de la crise de la représentativité : désormais, ce n’est plus seulement le gouvernement qui est illégitime aux yeux des gens, mais l’idée même d’Etat. L’Etat n’a servi, ces dernières décennies, qu’à organiser le pillage et l’aliénation du peuple. Les Français authentiques ne veulent plus rien avoir à faire avec l’Etat français. Ils veulent retrouver leur culture, leur travail et leur paix. Tout ce que l’Etat a fait en sorte de leur retirer.

L’Europe est une solution politique pour orienter cette colère anti-Etat. On explique aux gens : puisque votre Etat est incompétent et hostile, nous allons créer un « super-Etat » qui sera plus juste. Mais c’est bien évidemment un mensonge. Plus d’Etat ne soignera pas le mal, qui est précisément l’intrusion de plus en plus pressante de l’administration dans tous les aspects de nos vies.

Le progrès, c’est toujours aller vers la disparition de l’Etat. Régler le problème de la mondialisation, c’est massacrer ses représentants (politiques, économiques…) et organiser la résistance et l’existence à échelle locale.

Les cons disent que les gens attendent un nouveau mai 68. La vérité, c’est que les gens sont de plus en plus habités d’un imaginaire sanglant qu’ils ont de plus en plus de peines à contenir. La violence intériorisée depuis des décennies ne demandent qu’un prétexte pour exploser. Et le résultat n’aura rien d’un révolution culturelle.
“””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””””

Commentaire de Marie-France Oberson le 27 mai 2010 à 10:52

Non, M. de Wil, à la lecture de cet article nous, lecteurs, ne confondons pas du tout l’Europe géographique et l’UE. : M. Barraud me semble très clair.
Vous estimez que le respect des critères d eMaastricht par les Etats membres , aurait empêché “cette spirale infernale”.
C’est justement parce qu’il ets impossible à certains Etats- à la plupart des Etats- de suivre ces critères que nous sommes dans cette spirale infernale.
Je l’ai dit, et ce dès la 1ère heure de Maastricht ,qu’obliger tous les Etats à vivre sous de mêmes lois, de mêmes exigences est une utopie tant les cultures sont disparates. je l’ai dit et je me risque à le répéter :”à obliger tous les Etats à suivre l’Allemagne, ceux-ci s’essouffleront et finiront par la détester”.. Il y a une quinzaine d’années que j’avais écrit cela dans un courrier des lecteurs…
Si la Grèce préfère danser le Sirtaki ou l’Espagne jouer des castagnettes plutôt que trimer comme l’Allemagne, c’est leur choix..et leur problème. Si chacun avait gardé sa souveraineté et sa monnaie, il pourrait beaucoup mieux manoeuvrer qu’avec ces critères et cet euro qui les enferment dans un carcan!
Mais voilà, l’UE a été érigée en véritable dogme par des idéologues mondialistes totalitaires; oui, je dis bien totalitaires car ils ont fait fit – et continuent de faire fi – des peuples. Le traité de Maastricht a été accepté du bout des lèvres et sous la pression , tel en France par ex. pour parler de ce que je connais( je suis double national;j’ai donc voté en sept. 92 en France et je vous assure avoir bien suivi la campagne de Mitterrand!!!) D’ailleurs, si la France avait eu les mêmes critères que nous ( double majorité des voix et des Cantons) le traité ne serait pas passé vu que la majorité des Départemnents avait dit “non”.
Et je ne parlerai pas du traité de Lisbonne en matière d’exemple démocratique!!
Oui, l’UE se donstruit au pas de charge en ignorant , en méprisant les peuples, en leur laissant croire que l’UE c’est le paradis pour demain..ou après demain..qu’avec l’UE plus ou peu de chômage..Depuis 20 ans, M. Wil , avez -vous vu le chômage baisser dans l’UE ? Non, c’est toujours pour demain, comme avec la gauche, c’est toujours demain qu’on rase gratis!
Rappelez-vous ce que nous disaient , chez nous , nos euromaniaques : la Suisse qui avait refusé d’entrer dans le paradis européen allait connaitre l’enfer; son économie s’écrouler; son chômage atteindre des sommets..20 ans que l’on nous bassine avec ce genre de prédiction . Or, la Suisse emploie jusqu’à 200’000 travailleurs de l’UE. Dans quel sens se fait le mouvement migratoire tous les matins à nos frontières!?
Ne croyez-vous pas que ll’on a assez raconté de blagues aux peuples?
Aujourd’hui , après près de 20 ans, l’on s’aperçoit que ce que prévoyaient les euroceptiques arrive; mais les idéologues mondialistes ne veulent pas avouer qu’ils se sont trompés : ils nous ont tellement méprisés, insultés, persuadés qu’ils détenaient LA Vérité ! Alors, pour ne pas perdre la face ils en rajoutent une couche en essayant de nous persuader,, comme vous le faites M. Wil ,et comme ils le font depuis plusieurs décennies, que si nous sommes dans une telle crise, c’est parce qu’il n’y a pas assez “d’Europe”..
Je l’ai dit , comme pour le vélo..ne pas arrêter de pédaler si nous voulons que le vélo reste debout!
Alors, que va-t-il se passer pour qu’il y ait + d'”Europe” ? Et bien , on va prendre des mesures encore plus draconiennes, plus totalitaires..On va serrer la vis. On va mettre au pas ces peuples qui n’en font qu’à leur tête!
On va d’abord obliger les Etats membres qui sont déjà exangues ..(et même ceux qui ne le sont pas, comme la Suisse) , à être solidaire..c’est le mot à la mode; puis dans le même temps, on va mettre au pas les peuples qui n’ont pas observé les règles.
Et que signifie “mettre au pas” ? “obliger” à être solidaire ? C’est forcément adopter une gouvernance supra nationale dictatoriale..:
” Plus un empire est grand, plus il est difficiel à contrôler, plus alors il devient totalitaire”.
Ce n’est pas de moi; je ne sais plus qui a dit cela , mais on constate que cet illustre inconnu est un être sensé.

Commentaire de Paul Bär le 27 mai 2010 à 15:21

Déjà voté deux fois contre l’adhésion européenne.

Rêverais pourtant à une grande Europe néo-carolingienne, respectueuse des nations.

Désespéré, parce que rien ne se fera ou alors le pire, le médiocre, l’inféodé.

Commentaire de Marie-France Oberson le 28 mai 2010 à 14:26

Libre circulation des personnes; frontières ouvertes tous azimuts…pas de problème..Ca dynamise l’économie et ça ne crée aucun dunpimg salarial et ça ne crée pas de chômage. contrairement à ce que veulent faire croire les “nationalistes”!!..
Voyons la réalité…
Une étude commandée à l’Observatoire sur la Libre circulation des personnes entre la Suisse et l’UE , par le seco (Secrétariat d’Etat à l’Economie , dépendant du minitère de l’Economie de Doris Leuthard ),montre qu’une “forte proportion de frontaliers rend la recherche d’emploi difficile pour les travailleurs locaux”.
“Il est certain que ces dernières années, les responsables politiques en tête desquels le Conseil Fédéral, ont nié les particularités des cantons frontaliers AFIN DE MIEUX DEFENDRE LA LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES. Ce 6ème rapport reflète ENFIN la réalité du terrain” (La Tribune de Genève)
( c’est moi qui souligne en majuscule!)
“Europe”, combien de mensonges qualifiés et par omission , combien de couleuvres faites avalées au peuple en ton nom !!!

Commentaire de Marie-France Oberson le 14 juin 2010 à 0:48

M. Bär (27 mai 15h21), je vous rejoins tout à fait.
Je viens de “tomber” tout à fait par hasard sur cette vidéo..à écouter jusqu’au bout!
Cette “Europe”-là défendue déjà par Ph. Seguin mais avec beaucoup moins de vigueur en 92, nous irait très bien , c’est l’Europe qu’aurait voulu le Général “coopérer, signer des traités mais rester libre de son destin”; n’est-ce pas la voie prise par la Suisse avec les bilatérales..même si elle se laisse avoir parce que ses représentants préfèreraient l’adhésion?
Donc à écouter attentivement..un vrai gaulliste.
http://www.dailymotion.com/video/xdcang_nda-invite-de-tv5-monde-news

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 16 mai 2011 à 21:47

Cher M. Barraud,

La crise de l’Europe ou de l’€ est dérisoire, quantitativement et qualitativement parlant, par rapport au krach IMMINENT du $, sinon à celui celle de l’économie américaine toute entière.

La lecture du récent livre de Mme Myret Zaki “La fin du dollar” devrait vous ouvrir les yeux, sinon vous convaincre (y compris à propos de l’Europe et de l’€) . D’autant plus que dans les jours qui viennent se présentera à nouveau (ce sera la seconde fois en deux mois!) le plus grand défi monétaire jamais tendu aux autorités et aux politiciens américains: Soit dépasser une fois encore le plafond “légal” du déficit US, déjà apocalyptique, en relançant la “planche à billets”, soit (pour faire simple) différer les paiements dûs aux services fédéraux, fonctionnaires ET retraités compris.

Dans les deux cas, il s’agira, sans (trop) jouer sur les mots, d’un défaut de paiement.
A l’échelle non pas de la Grèce, de l’Ireland et du Portugal (même en les additionnant!), mais bien de ce qui reste la première économie du monde. Vous comprenez cela M. Barraud? Ou vous préférez- vous vous cantonner dand votre “pessimisme” européen?

(Et , non, je n’ai pas attendu ce livre, par ailleurs … révélateur, pour me défaire de presque tous mes investissements libellés en $ ces 3-4 dernières annés. Ce qui est sans doute ce que j’ai fait de mieux).

La Faillite, nous voici! ..

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 17 mai 2011 à 8:12

Le dépassement du “plafond légal” mentionné plus haut , soit 14 294 milliards de dollars, a été jugé “inévitable” par le Trésor américain la nuit dernière, dans l’indifférence quasi générale ! C’est donc une affaire de jours, comme je le prédisais ci-dessus, avant que le Trésor décide de dépasser ce plafond et d’émettre de nouveaux titres de dette.

En attendant, pour ainsi dire, le gouvernement fédéral a décidé de réduire ses contributions obligatoires aux caisses de retraite des fonctionnaires

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 23 mai 2011 à 12:24

Sur ce même thème, la descente aux enfers du billet vert, je vous propose aussi l’essai de E. Tétreau, “Quand le dollar nous tue” , chez Grasset (critique dans le Temps d’aujourd’hui)

Commentaire de Jean-Michel Esperet le 1 juin 2011 à 15:09

Il ne faut plus qu’1.21 Franc Suissse pour acheter 1 €… et 84 centimes Suisses pour acheter un $, à l’instant où j’écris ces lignes.

C’est le début de la fin, sinon déjà la fin, des deux plus grandes fausses monnaies en cours!

Commentaire de Marie-France Oberson le 18 juin 2011 à 16:30

A propos de ce que j’ai écrit plus haut sur l’impossibilité de faire vivre sous des lois identiques des pleuples et donc des économies si disparates que sont les Etats membres de l’UE, je viens de lire ces jours passés dans différents journaux français (le Monde, le Figaro Mag) et d’entendre à l’émission “C à dire” du mercredi 15 juin à 17h 30 , un économiste français confirmer mes dires ; dires que je répète depuis des lustres .

Cet économiste, du nom de Jean-Jacques Rosa vient de publier chez Grasset “L’euro : comment s’en débarrasser”.

Il expliquait, résumait sa pensée dans cette émission “C à dire” et que l’on peut retrouver sur le web; elle dure env 5 mn.

Il y défend la souveraineté des Etats à travers leur propre monnaie et explique pourquoi l’euro, l’UE politique ça ne peut pas marcher.
Sa conclusion :
” Il y a des petits pays qui réussissent. L’avenir ce n’est pas la grande Union européenne, mais le modèle suisse”

Au risque de me répéter , le général de Gaulle disait ” Coopérer, signer des traités, s’entendre, mais rester libre de sa destinée..”

En fait les évènements de l’UE donne raison à -J Rosaqui n’avait pas attendu la crise actuelle pour mettre en garde ( il avait déjà écrit un livre en 1998 “L’erreur européenne” où il prédisait quasiment ce qui arrive aujourd’hui, où il dénonçait l’erreur de la monnaie unique).

http://www.france5.fr/c-a-dire/index-fr.php?page=emission&id_article=1554

Et il n’est pas le seul économiste plein de bon sens qui ont essayé, il y a plusieurs années de mettre en garde..
Mais on a fait semblant de ne pas les entendre, et si on les écoutait c’était pour mieux les traiter de passéistes..

Commentaire de Jean-Francois Morf le 24 septembre 2012 à 21:08

http://www.bing.com/images/search?q=global+m0&view=detail&id=2D5E8785879E3F909D87248C51B10313F0833F97&first=31&FORM=IDFRIR

Voyez: l’EUR est déjà la monnaie dominante: il permet d’acheter des biens et services plus que l’USD. L’EUR ne va pas disparaître, pas plus que l’USD ne va disparaître! Ne croyez pas les banksters: ils ne nous racontent que des mensonges, juste pour mieux s’enrichir sur le dos des européens, et ça marche!

*
*


* Ces champs sont obligatoires ! Veuillez entrer votre nom complet, les commentaires ayant un pseudonymes ne seront pas pris en considération.


 





Griffures



Washington: des cris à la garderie

Les échos quotidiens de la garderie pour adultes de la Maison-Blanche sont rafraîchissants. Traité à la télévision d’abruti par son ministre des Affaires étrangères, Rex Tillerson, Donald Trump a répliqué: “Même pas vrai!” Et il a invité Tillerson a faire un concours de QI avec lui.

Si j’étais Américain, j’émigrerais sous l’empire de la honte. L’Amérique ne sera great again que lorsqu’elle aura viré ce clown infantile.

Mes gages, mes gages !

L’initiative visant à empêcher nos parlementaires de se laisser corrompre par les caisses-maladies a suscité un haut-le-cœur à la droite du parlement. C’est que ces enveloppes sous la table, ça fait quand même pas mal d’argent de poche !
La récolte de signatures aboutira bien sûr, puis le parlement balaiera l’initiative sous prétexte que les élus récoltent d’indispensables informations dans les palaces où on les régale. Quant au peuple… Il râle chaque automne face à la hausse des cotisations, mais il en redemande lorsqu’on lui propose de changer de système. Tant pis pour lui! Et face aux menaces terribles que ne manquera pas de lui asséner le lobby des caisses, il finira par voter pour la perpétuation des pots-de-vin. Triste, non ?


Appel au dons

Articles récents